Fr

Docteur NO contre Lisbonne, le retour de la vengeance

Article publié le 29 septembre 2009
Publié par la communauté
Article publié le 29 septembre 2009
Il s’était pris une monumentale raclée aux élections européennes, ses quelques centaines de milliers de dollars dilapidés en vain….après avoir juré qu’on ne l’y prendrait plus, le voila qui revient. Pour le traité de Lisbonne – 2 ( version « on ne veut pas de l’avortement et on veut garder notre commissaire) Qui ça ?

Declan Ganley, alias DOCTEUR NO, millionnaire, auto-proclamé défenseur de la liberté, au sein du parti du homonyme dont il est le fondateur, contre le traité de Lisbonne , les eurocrates et l’ultra-libéralisme. Heu…on me souffle dans l’oreillette que ce n’est pas ça du tout.

dr-no_03.jpg Car dans l’argumentaire du Docteur No, comme dans celui des opposants au référendum, il n’y a jamais rien eu, et de loin quelque chose qui ressemble à de l’ « antilibéralisme »

Bien au contraire, pour notre millionnaire, l’Europe, c’est le risque de « moins de libéralisme ».

Il faut dire que c’est comme cela que Declan Ganley voit la liberté , en homme d’affaire avisé : ce n’est pas la liberté de faire du topless ou de fumer de l’herbe dans les coffee shop, mais celle de faire du pognon sans être dérangé par l’état, les impôts et autres réglementation écologiques ou caisses de sécurité sociale.

Et Il faut aussi comprendre que l’Irlande est déjà l’un des pays les plus « libéraux » d’Europe, véritable « porte-avion » avancé en Europe des industries américaines jusque dans les années 90, qui délocalisaient leur production dans ce pays (jusqu’à ce que le niveau de vie y augmente et que les salaires deviennent trop haut pour que cela présente beaucoup d’intérêt…)

Alors, quelque part, Ganley à raison !

Plus de pouvoir de décision pour l’Europe, ça voudra dire, forcement, tôt ou tard, que les impôts soient harmonisés, c'est-à-dire que l’Irlande cesse de faire du Dumping fiscal au détriment des autres pays.

Exit la lutte contre l’antilibéralisme donc, dans ce combat contre « Lisbonne » …

Mais il reste encore un autre combat du Docteur No, la aussi, pratiquement absent des préoccupations des français : la neutralité !

Notre millionnaire est farouchement opposé à toute « armée européenne », au nom des valeurs et des traditions nationales. Sauf que la aussi, il y a deux problèmes.

Le premier, c’est que, s’il est vrai que l’UE essaie d’améliorer sa défense commune , il n’est pas question « d’armée européenne », mais d’une « agence » permettant de faire des économies. Un peu comme dans une coopérative, ou vous vous mettez à 27 pour achetez vos steak congelés : vous obtenez des prix plus intéressants, et vous faites des économies…argent qui sera plus intelligemment dépensé dans d’autres domaines.

Docteur NO = Gandhi ?

De plus, encore une fois, cela n’a rien a voir avec le traité de Lisbonne. Avec ou sans ce traité, les Etats intéressés (la majorité), finirons par la mettre sur pied, comme pour l’euro ou le Schengen.

Mais le second problème est plus troublant encore. Declan Ganley, Hérault de l’antimilitarisme et de la paix…c’est beau comme du Gandhi. On en a des larmes aux yeux.

Sauf que, justement, la fortune de Declan Ganley est liée à…l’industrie de l’armement !

Selon l’Irish time ( voir citation au bas de l’affiche), la société du leader anti-européen travaille dans le domaine des communications pour l’armée américaine… D’ailleurs, son entreprise est basée au Dellaware, Etat des Etats-Unis connu pour ses « facilitées » fiscales.

Oui, vous avez bien lu. C’est réalisé sans trucages. C’est ainsi que se termine cet article, sans conclusion.

S’il y a encore des européens qui savent – et veulent – réfléchir, il devraient là trouver matière à forger leurs conclusions sur le Docteur NO , ses motivations, et les véritables enjeux du traité en question.

Note :

YES to Future, YES to Lisbon Ci dessous quelques affiches pour le YES de mon cru, certaines détournant les affiches abracadrandesques des antitout...