Europe confidentiel

André Locussol : « Je présente un nouveau parti aux élections pour secouer le cocotier »

Article publié le 13 mai 2009
Article publié le 13 mai 2009
Fatigué que les politiques soient de plus en plus « pantouflards et carriéristes », André Locussol, prof de fac en France, a décidé de combiner, à 63 ans, sa passion pour le foot avec la politique européenne.
Ce français d’origine italienne uni sentimentalement à une femme finlandaise, considère le Marché Unique encore une Utopie et compte mettre les droits des citoyens européens dans l’ordre du jour du Parlement s’il est élu dans la circonscription d’île de France dans les listes du parti . « On est tous un peu grand-gueule », assume-t-il avant d’avouer que leurs seules armes médiatiques sont le Net, les courriels et les affiches composées par des amis venus de toute l’Europe l’accompagner dans cette aventure.

Un taux bas de participation aux européennes est le terrain parfaitement abonné pour le succès des partis extraparlementaires ou les tout nouveau-nés. En France, Citoyenneté et Culture Européennes a eu du mal à surmonter « la paperasserie française », mais désormais lutte pour un siège à Strasbourg.Citoyenneté et Culture Européenne

Quand est-ce que votre initiative a-t-elle surgi ?

Cette idée est venu suite aux nombreuses réunions, débats et conférences auxquelles j'ai participées depuis des années dans le cadre du référendum de 2005. L'idée est venue aussi parce que je donne des cours sur l'Europe à des étudiants en 3ème année de licence. Le peu d'intérêt au départ des étudiants pour l'Europe puis leur motivation croissante - à partir du moment où on les fait aimer l'Europe - jusqu'à être sur ma liste pour l'un ou l'autre et à accepter de coller les affiches de la campagne m'a définitivement convaincu de monter une liste. Puis, avec Marie-Chantal Bert, ma colistière et beaucoup d'amies principalement, finlandaises, suédoises, slovaques, allemands nous avons développé nos idées et construit notre démarche avec le temps limité dont nous disposions mais surtout avec notre dynamisme, notre persévérance et nos convictions auxquelles adhèrent de nombreux citoyens.

André LocussolQuels sont vos motivations pour présenter une liste alternative aux élections européennes ?

Sortir de l'enlisement des luttes intestines, "héréditaires" et récurrentes entre les partis de droite et de gauche qui passent leur temps à s'invectiver même en période de campagne électorale pour les européennes et parlent de tout sauf de l'Europe. Mais aussi, le traitement accordé aux citoyens utiles lorsqu'on en a besoin, inutiles lorsqu'ils représentent un fardeau ou sont des empêcheurs de tourner en rond, qui dérangent les habitudes bien ancrées et huilées de nos notables européens. Tant que les citoyens européens auront peu ou prou de pouvoirs, ils ne s'intéresseront pas à une Europe trop lointaine et condescendante en désertant les urnes.

Quel serait votre engagement principal auprès des électeurs ?

"Mettre les pieds dans le plat" comme dit l'expression, secouer le cocotier - en haut duquel s'accrochent trop de parachutés, de vieux briscards de la politique politicienne qui pourraient un jour chuter lourdement faute de projets - pour qu'un vrai projet fédérateur mûrisse à base de culture, citoyenneté et d'échanges, afin qu'à notre petit niveau (nous sommes un peu tous "grande gueule"), nous fassions évoluer les choses.

Quelles difficultés devez-vous surmonter pour vous présenter aux élections ?

Elles sont incalculables compte tenu de la paperasserie non pas uniquement française mais aussi européenne, mais surtout en raison du manque de cohésion, d'harmonisation (un maître-mot que l'on peut conjuguer à toutes les sauces européennes) et de synergie dans la mise en place des procédures électorales européennes. Il n'y a pas de pilote dans l'avion comme disait un député européen, ni pour la crise ni pour le reste. La Commission à d'autres chats à fouetter... préserver ses privilèges et se faire réélire, mais pas par les citoyens !

Quelle anecdote auriez vous déjà vécu dans ce parcours du combattant qu'est se présenter aux élections européennes ?

Vendredi 1er mai, alors que je disputais avec les enfants de l'école de football de Ville d'Avray (dont je suis responsable), un tournoi au Plessis-Robinson au milieu de cinq cents enfants et d'un millier de parents et supporters, un de mes amis, manager d'un club de football de l'Arc de Seine à qui je disais que je me présentais aux européennes m'a fait répéter trop fois "ma profession de foi" en disant à chaque fois "c'est pas possible" et en ajoutant "mais sous quelle étiquette", puis convaincu qu'on pouvait se présenter sous une étiquette différente de celle des partis classiques, il m'a demandé un poste de secrétaire (mi-sérieux mi-boutade) au cas où je serai élu ! En effet, il avait l'habitude de me voir toujours en survêtement sur les terrains et il n'imaginait qu'un simple "footeux" puisse se présenter à un tel poste...

Quel est le type d'électeur potentiel auquel vous vous dirigez pour ces élections ?

Nous n'avons pas de cible particulière comme on dit en mercatique, nous nous adressons à tous nos amis, relations et à nos étudiants (ce qui représente des milliers de 10000 mails qui feront des petits espérons !) en premier lieu et à tous ceux qui en ont marre de voir que rien ne bouge que nos politiques sont de plus en plus pantouflards, corporatistes, carriéristes et n'ont que très peu de considération pour la France d'en bas et... du milieu qui pourrait se retrouver en bas, et qui néglige les citoyens en général. Nous voulons sortir de ce système de caste et que chacun puisse s'exprimer et surtout échanger, voyager en Europe, sans contraintes car le Marché unique est encore une utopie, il a même tendance à se refermer. Il est important de faire une Europe des citoyens pour les citoyens.