Culture

Mort d'Antoni Tàpies : le peintre-philosophe

Article publié le 7 février 2012
Article publié le 7 février 2012

« De la philosophie avec les mains ». Voilà ce que réalisait Antoni Tàpies, comme il l’expliquait à un journaliste, il y a quelques années. Il représentait l’intellectuel abstrait, l’autodidacte, le révolutionnaire, l’allergique à l´art académique, qui a lutté contre le franquisme en utilisant son talent comme une arme et en devenant l’un des meilleurs sculpteurs-peintres de l’Europe du XXIème siècle. Il est mort, hier, à Barcelone (Catalogne), à 88 ans, avec la satisfaction d´avoir accompli au moins un de ses désirs: contribuer à la culture de ce qu´il estimait comme étant son pays, « Cataluña ». Comme lègue de son art informel, il laissera ce que beaucoup de personnes considèrent encore comme une vraie énigme : « il ne faut pas s’efforcer à comprendre l’art, il faut juste le sentir. » Par conséquent, nous lui rendons hommage non à travers les mots, mais par l’image.