Culture

Une petite sélection cannoise pour l’Europe

Article publié le 18 mai 2008
Article publié le 18 mai 2008
Dans le scénario du 61e festival de Cannes, peu de protagonistes européens. Si les grands noms comme les frères Dardenne et Wim Wenders, les italiens Sorrentino et Garrone, seront là, rien de nouveau à l’Est.

La rumeur cours déjà sur la croisette : cette année, les films européens se font rares, à l’exception des Français qui présentent trois longs métrages. Par ailleurs, la Vieille Europe sera diffusée sur les grands écrans de Cannes en belge (Jean-Pierre et Luc Dardenne avec Le Silence de Lorna), en hongrois (le film Delta de Kornel Mundruczo), en allemand (The palermo shooting de Wim Wenders) et en italien (Gomorra de Matteo Garrone, Il Divo de Paolo Sorrentino). Le reste de la programmation made in Europe est 100 % française : Arnaud Desplechin viendra présenter son film Un conte de Noël. Dans le même avion : Philippe Garrel avec La frontière de l'Aube et Laurent Cantet avec Entre les murs.

Le cinéma européen, qui ne badine pas niveau qualité, s’attendait peut-être à quelques œuvres incisives sorties de l’imaginaire des jeunes réalisateurs de l’Europe de l’Est, surtout après la palme remportée l’année dernière par Christian Mingiu avec le film 4 mois, 3 semaines, 2 jours et les quelques films russes également en compétition. 

Sur le front de l’Ouest, rien de nouveau surtout pour l’Angleterre. Le film Genova de Michael Winterbottom n’a pas été sélectionné, et les Britanniques devront se contenter de regarder le concours comme simple spectateur pour la deuxième année consécutive (à l’exception d’une coproduction avec les Frères Dardenne)

Performance italienne

Gomorra | ©Festival de Cannes

L’Italie sort aussi du lot en présentant deux films, tout deux avec l’acteur Tony Servillo dans le rôle principal. Ils mettent en scène l’histoire récente du pays et la manière dont le peuple italien donne son consentement à un pouvoir invisible et à ses grandes figures. Il Divo, c’est le nom donné au sénateur à vie Giulio Andreotti (l’une des figures historiques du parti démocrate chrétien en Italie). Le film englobe la période de son mandant dans le gouvernement de 1992 jusqu’à son inculpation et le procès qui a suivi, dans des affaires mafieuses. Gomorra est le film éponyme qui adapte sur grand écran le livre de Roberto Saviano qui a d’ailleurs travaillé sur le scénario avec le réalisateur.

Electre hongroise

Même Wim Wenders raconte l’Italie. Son film dont l’action se déroule à Palerme met en scène un photographe connu mais en déroute. Sa vie s’écroule, il abandonne tout et part vivre dans une ville sicilienne. Les autres protagonistes du dernier film de celui qui a réalisé Les Ailes du désir, sont le rockeur allemand Campino (qui chante dans le groupe Die toten Hosen), Dennis Hopper, Patti Smith ou Lou Reed.

Les Hongrois de Delta revisitent les mythes d’Othello et d’Electre dans une mise en scène futuriste. Le jeune Mihail retrouve ses racines à l’occasion de l’enterrement de son père dans le Delta et tombe amoureux de sa sœur. Il découvre ensuite que son père a été assassiné et cherche à se venger. Le violoniste Félix Lajkó joue le rôle de Mihail. Il a remplacé au pied levé Lajos Bertók, décédé pendant le tournage.

Les héros français 

La frontière de l'aube (Philippe Garrel) | ©Festival de Cannes 2008

Après avoir remporté la palme en 2005, les Frères Dardenne présentent l’histoire d’une jeune albanaise, qui pour éviter d’aller en Belgique, épouse un junkie, dans l’espoir qu’il meure d’une overdose… Le rôle de Lorna est interprété par Arta Dobroshi, accompagnée de Jérémie Renier.

Desplechin, pour les Français, raconte dans Un Conte De Noël, l’histoire d’une famille qui explose à cause des querelles et des maladies. Louis Garrel lui s’attaque à l’expérience d’un photographe qui voit une terrible vision dans le miroir le jour de son mariage. Son ex, qui s’est suicidée après leur rupture, revient de l’autre monde pour se venger. 

Enfin, Entre les murs est le récit d’une petite école et ses problèmes de voisinage. François Bégaudeau est le protagoniste principal et l’auteur du livre à partir duquel le film est tiré. Il a également participé au scénario avec le réalisateur Robin Campillo. Bonne chance à tous et surtout à la France qui n’a rien remporté depuis 1987.