Culture

Une nouvelle génération de cinéastes réunie à Berlin

Article publié le 20 février 2008
Article publié le 20 février 2008
350 fans de cinéma se sont retrouvés sur le Campus des talents du 9 au 14 février lors du festival de Cannes allemand. Une « Berlinale » bouillonnante.

Le grand festival international du film de Berlin vient de s'achever et avec lui disparaissent les « people », les films du monde entier et les paillettes plus glamour qui ont occupés les écrans de télévision allemands pendant quelques jours. Moins médiatique en revanche : le Campus des talents qui commence, lors des Berlinales à conquérir son public. Au fil des années, plus de 350 réalisateurs aux origines diverses s'y sont retrouvés pour élargir leurs compétences au sein de « workshops », de conférences et de tables rondes. Ces professionnels souhaitent surtout transmettre aux nouvelles générations leur savoir-faire. Donner aux comédiens, aux réalisateurs, aux producteurs et aux scénaristes débutants, l'occasion de rencontrer des gens du métier expérimentés.

Pendant six jours, à Kreuzberg, un quartier branché du centre-ville de Berlin, le théâtre Hebbel héberge de nombreux ateliers. « Comment maximiser mes chances au cours d’un casting ? » ou « Comment financer mon film par des coopérations internationales ? » en passant par « Comment diffuser mon film sur Internet ? ».... Autant de questions auxquelles ces profs improvisés tentent de répondre. Cette année, le thème central était Screening emotions, l’émotion à l’écran. Une idée qui est le point de départ d'une exploration, étape par étape, de la fabrication cinématographique. Réflexion, préparation, réalisation, postproduction puis commercialisation.

(Photo: ©berlinale-talentcampus.de)

Court-métrages dans un garage

Point fort de la manifestation : le « Garage-Studio », un projet dédié à la réalisation pour lequel quatre réalisateurs sont sélectionnés au préalable parmi plus de 70 candidats. Pour les heureux élus, c’est en fait un véritable défi qui s’annonce. En un jour, ils doivent tourner un film, le monter, le diffuser sur Internet pour qu'il soit vu par un large public. Pour constituer leur équipe, les jeunes réalisateurs peuvent puiser dans le potentiel humain du Campus des Talents qui leur met à disposition une banque de données en ligne.

Ainsi, sont nées quatre équipes métissées qui, avec beaucoup d’énergie et très peu de sommeil, ont réalisé quatre courts-métrages intitulés On time, Eddi, It could happen to you et enfin The stiring Puppets. Quatre productions présentées le dernier jour du festival lors du Four flicks for clicks sur le grand écran de la Berlinale.

It Could Happen to You

Cliquez sur l'image pour visionner les films 'flicks for clicks' du Garage Studio

Bouillonnement d'inspiration

Julia est une actrice déjà reconnue en Pologne. Son diplôme de l’école d’arts dramatiques de Breslau à peine en poche, elle est engagée en Allemagne par Hans Christian Schmidts, primé pour son film Lichter. Elle vient de passer une semaine au Campus et s'en trouve enchantée : « Le Campus des talents a été pour moi une occasion rêvée pour rencontrer des têtes nouvelles venant du monde entier. » Julia a surtout été surprise par la diversité des approches des comédiens : « Il y a des différences. Les Européens de l’Est sont certainement davantage réservés, s’expriment plus sobrement. Au contraire, les Italiens et les Espagnols sont très vifs. C’est passionnant ! », ajoute-t-elle emballée par ce « bouillonnement d’inspiration ».

Ce ne sont pas les workshops que Laure, originaire de Lyon, a le plus appréciés. Plutôt que d'apprendre les méthodes pour savoir se vendre, elle préfère parler d’art. Elle est passée par l’Ecole nationale supérieure des arts et techniques du théâtre de Lyon, et joue bientôt à Nancy. Pour elle, le Campus des talents a surtout été l’occasion de rencontrer pleins de gens et de voir pleins de films. Une initiative qui porte ses fruits et flaire les stars de demain. Comme Fernando Eimbcke, un ancien, qui a présenté cette année le film Lake Tahoe qu'il a réalisé... ceci à la grande Berlinale. Mais les petits nouveaux marcheront un jour sur ses traces…