Culture

The Impossible Project : votre mission est de sauver le Polaroid

Article publié le 27 mars 2009
Article publié le 27 mars 2009
Polaroid a annoncé l’arrêt de la production de ses appareils photo instantanés le 8 février 2008. Pour faire vivre les vieux boitiers, et surfer sur leur côté « vintage », un ancien salarié fonde The Impossible Project et relance la chaîne de fabrication.

Il était une fois la photographie instantanée, les appareils Polaroid, ceux qui ont encadré les couleurs et les sourires pendant les années 1970 et 1980. Comment oublier ce mécanisme ? Il suffisait d’appuyer sur le bouton… et les clichés sortaient immédiatement sur le papier d’une pellicule spéciale mise au point en 1947 par l’inventeur américain Edwin Herbert Land. « Il était une fois »… Car le joli conte technologique a vu l’apparition du numérique précipiter le mot « fin » de cette belle aventure. Polaroid Corporation a annoncé, le 8 février 2008, l’arrêt de la production des appareils instantanés sur films de papier. 

(Nicola Dell'Arciprete)A l’ère du numérique, Polaroid Corporation, ne croyant pas au futur de la photographie instantanée traditionnelle, a décidé de se repositionner sur le marché en tant que marque d’électronique grand public, abandonnant ainsi la production des appareils Polaroid dont les composants n’étaient plus disponibles. Aujourd’hui, son produit de pointe est PoGo, un petit objet qui permet d’imprimer sur du papier thermique les photos (numériques) envoyées par téléphone portable.

Encore un milliard de Polaroid : pourquoi pas ?

Mais un irréductible amateur de « pola » ne l’entendait pas de cette manière. André Bosman a été le deus ex-machina des processus de production chez Polaroid, responsable de la construction des établissements, des problèmes d’ingénierie mécanique, chimique et électronique, en passant par la gestion des processus de qualité, pendant vingt ans.

Il vient d’embaucher onze anciens salariés de Polaroid Corporation qui avaient été licenciés et a pris possession des anciens établissements d’Enschede aux Pays-Bas pour donner vie à The Impossible Project. Son objectif : relancer, d’ici 2010, la production d’appareils Polaroid traditionnels, style « vintage », créer de nouveaux films pour les anciens appareils photos qui sont toujours dans les placards. Bref, ni plus ni moins réinventer la photographie instantanée et repositionner sur le marché un produit qui a attiré, au fil des ans, de plus en plus d’adeptes.

(http://www.the-impossible-project.com)

Rêve visionnaire

Pour Florian Kaps qui se bat depuis des années contre la numérisation de la photographie (sur polaroid.net notamment) et qui fait aujourd’hui partie de l’équipe de The Impossibile Project, il existe un « nouveau groupe de consommateurs d’appareils Polaroid qui est susceptible de former une niche de marché pour nos films ». Selon lui, plus d’un milliard d’anciens appareils photos Polaroid sont en circulation dans le monde entier, plus de 50 000 appareils photo Polaroid se vendaient encore lors des fêtes de fin d’année au Royaume-Uni il y a quelques années.

Difficile de savoir aujourd’hui si tous les problèmes techniques seront résolus d’ici 2010 et s’il y aura assez de consommateurs nostalgiques pour alimenter le rêve visionnaire de The Impossible Project. En tout cas, Bosnan et Kaps, pionniers du vintage, font hommage, c’est certain, à l’inventeur de la photographie instantanée traditionnelle, Edwin Land. « Ne te lance pas dans un projet à moins qu’il ne soit extrêmement important et quasiment impossible », disait-il.