Culture

Qu’y a-t-il derrière un nom de famille israélien ?

Article publié le 3 décembre 2012
Article publié le 3 décembre 2012
Si vous avez des amis israéliens parmi vos contacts facebook, il y a de grandes chances que vous ayez été un peu troublés ces derniers mois quant à leur identité, car leurs noms de famille se sont transformés en noms nébuleux et parfois plutôt longs. L’origine de ce changement vient d’un « évènement » en hébreux qui devait au départ durer une semaine et qui a depuis été prolongé jusqu’en mai 2013.

Les organisateurs de l’évènement Facebook « Melting down the melting pot : Recovering the lost names! » (« Fondons-nous dans le melting-pot : retrouvons nos noms perdus ! »), ont une belle mission : « remplacer sur Facebook votre nom de famille hébraïque qui a été reformulé, par les anciens noms de famille de vos pères et mères. Que ce soit un employé de l’Agence juive pour Israël ou un professeur qui ait changé votre nom, qu’il ait été changé par honte ou par crainte d’être victime de racisme, qu’il soit le résultat d’une querelle de famille, qu’il ait été changé de plein gré, qu’il s’inspire de la Kabbale ou qu’il s’agisse de votre pseudonyme, pendant une semaine [maintenant plus longtemps] nous retrouvons votre nom perdu et racontons son histoire. »

Plus d’un millier de personnes ont rejoint cette initiative, qui résonne tout particulièrement dans le cœur des descendants des survivants de l’holocauste, des juifs arabes ainsi que des immigrants de seconde génération. L’obligation d’avoir un nom « hébraïque », que beaucoup ont vécu à leur arrivée, est un sujet particulièrement douloureux pour les immigrants venant de pays arabes et d’Europe de l’est pour qui leurs noms ont été - et, dans le cas de ceux parlant russe, plus encore - bien souvent changés de force à leur arrivée. Un type qui s’appelait est devenu Amos Bar « Amos Shlomo Bilbil-Stock » sur Facebook. « Bilbil est la traduction turque de l’oiseau Bulbul, ce qui explique aussi pourquoi mon grand-père n’a pas hébraïsé son nom », dit-il. Bilbil c’est aussi de l’argot hébraïque pour désigner les parties génitales masculines. « La deuxième partie de ce nom de famille inventé, Stock, signifie bâton. Par contre grand-père a hébraïsé celui-là, en Sharvit, et après tout le monde a pensé qu’il avait des origines orientales. Bar est un nom inventé par mes parents quand ma mère a refusé de s’appeler Madame Bilbil. Je profite de cet événement pour botter les fesses de ce nom. Shlomo est mon deuxième prénom. Il vient du père de mon grand-père qui est décédé six mois avant ma naissance. Il s’appelait en fait Zeide. »

Photo : (cc) AngerBoy/ Flickr