Culture

Quel boudin !

Article publié le 24 juillet 2009
Article publié le 24 juillet 2009
Personne n’est nostalgique de ses 14 ans. Vous savez pourquoi ? La réponse dans ce panorama des plus belles insultes européennes.

« Tu veux sortir avec moi ? » La réponse ne se fait pas attendre : « Tu rigoles, j’sors pas avec des boudins ! » Hervé, le jeune héros du film français Les beaux gosses (une hilarante radioscopie de l’adolescence) peut parler : la lèvre pendante, les yeux endormis et la peau grasse, c’est clair, lui aussi, c’est un « thon ».

En Europe, la métaphore culinaire est filée allègrement pour définir la laideur. Ainsi, en Pologne, un jeune ado boutonneux aurait plutôt renvoyé balader une prétendante (bien désespérée !) à l’aide d’un « gros pâté » (« pasztet »). Quitte à l’envoyer paître, autant la prendre pour une vache, si possible « hideuse » comme dans l’expression allemande « Hässliche Kuh ». Ou copier les Italiens qui osent carrément la comparaison avec le mollusque grâce à « cozza » (« moule »).

Les Britanniques sont plus directs : « Bugly », marmonnent les gars qu’ont trois poils au menton (raccourci pour « bloody ugly » qu’on peut traduire par « foutrement laids »). Plus rude à entendre pour les virginales « copines » de la cour du collège : la variable « fugly » qui existe aussi (pour « fucking ugly »). Vivement l’âge adulte !