Culture

Polémique autour du Nobel : les romanciers américains exclus du jeu ?

Article publié le 10 octobre 2008
Article publié le 10 octobre 2008
Le Président du jury de l'Académie suédoise a critiqué les écrivains américains quelques jours avant la nomination du Prix Nobel de Littérature 2008. Depuis le verdict est tombé : Le Clézio remporte la récompense, mais la polémique enfle…

L'annonce du vainqueur du Prix Nobel de littérature est toujours très attendue. Cette année, peut-être encore plus, notamment en raison des déclarations controversées du secrétaire permanent du jury à Stockholm, Horace Engdahl qui a attaqué de front la littérature américaine : « Tout écrivain américain devrait être exclu des listes de candidats. Ils ne sont pas au centre du monde littéraire. Ils se sont enfermés comme sur une île et leurs livres cèdent à la pression de la culture de masse », a-t-il déclaré à l'agence américaine Associated Press.

(Image: Wikimedia)Une telle déclaration dans la bouche d'une sommité de l'Académie suédoise, laisse penser que les Européens seront toujours favoris pour recevoir le fameux Nobel. Le Portugais Antonio Lobo Antunes et l'Italien Claudio Magris, qui étaient parmi les pressentis aux prix lors des éditions antérieures, ont été cette année encore, les plus cités. Pourtant l'Académie suédoise aime surprendre l'opinion publique avec des verdicts inattendus, comme elle l’a fait en choisissant, cette fois-ci, le Français Jean-Marie Gustave Le Clézio.

Stratégie surprenante ?

Un verdict vraiment inattendu pourrait être la nomination d'un Américain, justement ! Comme Thomas Pynchon, Philip Roth ou Don DeLillo… Autant de noms qui ont circulé dans les couloirs de l’Académie. La Canadienne Margaret Atwood figure également dans cette liste de favoris.

La critique américaine n'a d’ailleurs pas tardé à répondre aux déclarations de Horace Engdahl. David Remnick, rédacteur de la revue The New Yorker, a déclaré aux médias suédois : « Je crois que le président d'un jury qui ignore des noms comme Marcel Proust, James Joyce et Vladimir Nabokov devrait éviter de se poser en donneur de leçons péremptoires. » Suite à la polémique, Engdahl s'est empressé de rectifier dans un communiqué de presse : « Le Prix Nobel n'est pas une compétition entre nations, mais une distinction pour des écrivains remarquables. »