Culture

Ne te découvre pas d’un fil

Article publié le 26 mars 2009
Article publié le 26 mars 2009
Une hirondelle ne fait pas le printemps… mais les expressions européennes, oui !

Avril pointe le bout de son nez, les bourgeons aussi sur les cerisiers. Enfin le printemps ! Les « giboulées de mars » sont derrière nous. Une météo « au beau fixe » va venir calmer les caprices d’un mois soupe au lait que même les Polonais endurcis contre le froid exècrent : « w marcu jak w garncu »ana, grommellent-ils contre « mars et son temps de casserole »

Dans toute l’Europe, avant le printemps définitif, la pluie lave les dernières traces de l’hiver. Les Italiens ne sortent d’ailleurs pas sans leur parapluie dans cet entre-deux mouillé : « marzo pazzerello, esce il sole e prendi l’ombrello »franci, préviennent-ils (« mars fou, le soleil brille sous un parapluie »). Quant aux Espagnols, c’est en avril qu’ils craignent les saucées : « en abril, agua es mil »pedro(le mois des « mille eaux »). Comme les Allemands qui s’habituent mal à son ton « changeant » : « April, April – der macht was er will »katha (« Avril fait ce qu’il veut »). Contre cette incontinence inconvenante, et le froid mazette !, les Français n’ont qu’un conseil : « En avril, ne te découvre pas d’un fil. En mai, fais ce qu’il te plait »jane.

Heureusement, un jour, le ciel ne pleure plus et le soleil prend le dessus. « Merry month of May »nabee, disent d’ailleurs les petits Anglais à l’école. « W maju jak w raju »ana, enchaînent les Polonais qui font carrément référence au paradis pour décrire le plaisir infini d’un peu de chaleur. Les Espagnols désespèrent plus longtemps que leurs voisins, mais ils placent sûrement leur thermomètre estival un peu haut. « Hasta el 40 de mayo no te quites el sayo »pedro, conseillent-ils, « n’enlève pas ton manteau avant le 40 mai »… à savoir le 10 juin. Pour se mettre direct en maillot de bain !