Culture

Moodoïd, le Möö qu'il faut

Article publié le 26 août 2014
Article publié le 26 août 2014

En vagabondant dans les rues de Paris, on peut tout voir, tout entendre, tout sentir. La seule chose que l’on peine à apercevoir, ce sont les étoiles. Pourtant, il suffirait de fermer les yeux et de pénétrer dans Le Monde Möö de Moodoid.

Se décrivant comme lunaire et romantique, le groupe parisien colle bien à cette image du Paris de l’Amour. Poésie à fleur de peau, musique stratosphérique et molletonnée, Moodoïd tente de transporter les amoureux de musique comme Hergé et son Tintin objectif lune.

Au départ, Pablo Padovani, le chanteur, joue dans un groupe nommé Melody’s Echo Chamber. Le concept ? Une chanteuse, des garçons, et une pop psychédélique à la française. Après une courte retraite musicale, le jeune Padovani souhaite reprendre son projet secret, Moodoïd. Les chansons parlent de sentiments, d’amour, de lune, et se mélangent aux clips surréalistes à tendance turque et orientale.

Moodoïd - La Lune

Ne voulant pas réitérer l’expérience de groupe à majorité masculine, Pablo demande alors l’aide de trois musiciennes pour ajouter à sa musique cette touche de douceur tant recherchée. Et en 2013 avec l’aide de Kevin Parker des Tame Impala et producteur des Melody’s Echo Chamber, l’EP Moodoïd voit le jour. 

Au départ enregistré dans la chambre d’un ami, Pablo Padovani a le choix entre 4 titres pour les reproduire en studio. Il joue alors le grand curieux et explore tous les instruments qui s’offrent à lui, fait venir le plus de chanteurs et de musiciens possible. Problème, il finit ses morceaux avec plus de deux cents pistes. Ingérable. Mais après quelques jours de travail, ce court « album » naît. L’univers est alors rendu public.

Aujourd’hui, 11 mois plus tard, c’est Le Monde Möö qui voit le jour (et la nuit). Après un cd éponyme Moodoïd révèle enfin ce qu’il construit, son propre monde. En collaboration avec Nicolas Vernhes - un producteur indépendant basé à New-York - le groupe francilien dévoile une musique plus aboutie avec une identité encore plus affirmée. Avec plus du double de chansons que précédemment, plus précisément dix, le quatuor des étoiles enchaîne avec douceur et rythme ces morceaux du troisième type. Le projet de Pablo Padovani prend enfin son envol, ce qui ne déplaira pas aux Terriens qui l’attendent de pied ferme sur scène.

À écouter : Moodoïd - Le Monde Möö

À voir : le 12 novembre au Casino de Paris (festival Les Inrocks)