Culture

Moby chante pour le climat à Stockholm

Article publié le 16 septembre 2009
Article publié le 16 septembre 2009
Cafebabel.com a croisé Moby à Stockholm fin août 2009 lors du Play4climate.eu - une campagne pour l'environnement à destination des jeunes Européens. Rencontre.

C’est un Moby calme et détendu que j’ai rencontré lors de son séjour en Suède. Le DJ et chanteur-compositeur new-yorkais se dit transformé par les événements traversés lors de la récente campagne présidentielle aux Etats-Unis, ses conversations sur le climat avec Al Gore et son dernier album Wait for me, un disque très intime. Il est à Stockholm pour parler de l’environnement dans le cadre de la campagne « Play4Climate ». L’objectif est ambitieux : faire participer plus de 30 millions de jeunes âgés de 15 à 34 ans. Et c’est de ça uniquement dont il veut parler : « C’est le problème le plus important », déclare Moby, alias Richard Melville Hall. « Rien d’autre ne compte ! »

Moby a été la cible de toutes les moqueries dès qu’il a pris conscience de l’urgence climatique il y a quinze ans. Il a propagé ses idées avec une telle ardeur… Aujourd’hui, le chanteur, également végétalien depuis 22 ans, essaye de faire passer son message de manière plus positive : « Vous ne pouvez pas être juste en colère », explique-t-il, reconnaissant que cette colère peut finalement être contre-productive. Désormais, Moby fait l’éloge de l’Europe pour son impact politique dans la lutte contre le réchauffement climatique et condamne les Etats-Unis pour ne pas en avoir fait assez afin de se détacher de la dépendance au pétrole, car ce sont, à son avis, les compagnies pétrolières qui font pression. « Eteindre le bouton de veille des vos appareils électriques. Cela permet d’épargner 200 dollars par famille chaque année », déclare-t-il. Il nous met également en garde contre le pouvoir des dictatures riches en pétrole : « Envoyer de l’argent au Venezuela ne crée nullement de l’emploi à Gothenburg. » 

Troquer voiture et frigos

(play4climate.eu)Moby a des opinions politiques tranchées qu’il ne cache pas et c’est la politique qui prend le dessus sur la musique lors de Play4Climate. Moby prend donc régulièrement la parole pour évoquer les ressources de la planète et la création d’infrastructures dans les pays en développement lors de sommets internationaux. Il souligne aussi que la musique peut jouer un rôle important pour lier politique et culture : « Il est difficile de capter l’intérêt des gens pour un problème qui les touchera dans dix à quarante ans », admet-il. Le thème de la surconsommation est plus délicat : « Il n’y a rien de mal avec la consommation en soi. Il est possible de trouver une solution à l’impact sur l’environnement. Bien sûr, que voulez-vous dire à 2 milliards de personnes – vous ne pourrez pas avoir de voitures et de réfrigérateurs comme nous le pouvons en Occident ! Personne ne peut se permettre de consommer comme nous le faisons à l’heure actuelle. Nous avons besoin de nouvelles technologies. »

Play4Climate a été lancé par la Suède actuellement à la présidence de l’UE. Moby et son groupe étaient en concert à Stockholm le 20 août, puis à Copenhague. Le prochain gros évènement de la campagne Play4Climate se déroulera le 19 septembre à Budapest où le groupe indie britannique, Editors, sera en concert pour l’occasion.