Culture

Livre audio : dites ouïe !

Article published on 5 juillet 2012
Article published on 5 juillet 2012
La France est à la traîne en ce qui concerne la diffusion du livre audio par rapport à ses voisins européens. Sûrement un vieux trucs de réac’ français qui voit dans la diction un travestissement de la « Culture Littéraire ». Pourtant une jeune française a prêté l’oreille à cette nouvelle pratique. Et elle explique pourquoi.

Le livreaudio, attendu par certains comme une révolution numérique, n’a sans doute pas eu le succès prévu, du moins en France. Oh, bien entendu je ne néglige pas le fait qu’il a constitué une réelle révolution dans la vie des déficients visuels qui ont grâce à lui pu avoir accès à un moyen globalement simple d’utilisation d’accéder aux livres. En cela, je ne peux que louer sa diffusion et l’élargissement du choix des titres proposés.

« La France suit ses voisins avec 20 ans de retard. »

Mais qu’en est-il du succès du livre audio dans la vie des autres ? Et bien … pas grand-chose semble-t-il si l’on en croit les chiffres. Selon une étude réalisée par GfK et reprise dans un article du Nouvel Obs, on estime que, de novembre 2010 à octobre 2011, un peu moins d'1,4 million de livres audio ont été vendus en France. En comparaison, environ 111 millions de livres audio ont été vendus en Allemagne entre janvier et octobre 2011. Arnaud Mathon, directeur de Livraphone, explique dans un article publié sur le site evene.fr que « le livre audio a toutes les raisons de décupler ses ventes, car comme d'habitude, la France suit ses voisins (Angleterre et Allemagne) avec vingt années de retard. Or dans ces deux pays, le livre audio est largement présent. » Donc, si la part du livre audio est relativement faible (bien qu’en constante augmentation) dans le marché du livre français (environ 0,4%), c’est tout simplement parce que les Français sont à la traîne. Tout s’explique.

Le livre audio est fait pour vous !

 C’est vrai que l’on est un peu bouchés en la matière. A en croire les différents maisons d’édition, les bonnes raisons ne manquent pourtant pas pour choisir les livres audio. Le slogan d’Audiolib en dit d’ailleurs long sur la question : « Rien n’est plus beau que le silence, sauf peut-être un audiolib. » Toujours pas convaincu ? Si vous êtes un senior et que vous vous battez avec les petits caractères, l’écoute d’un livre audio présentera l’avantage du confort. Finie la prise de tête avec le Times New Roman taille de police 8. Si vous êtes un enfant ou un jeune spontanément peu enclin à la lecture, le livre audio va y inciter davantage et vous familiariser avec des ouvrages vers lesquels vous ne vous seriez pas spontanément dirigés. Si votre nouvelle lubie est d’apprendre l’hindi vous serez également comblés lorsqu’on vous annoncera qu’une méthode de langue est tout dernièrement sortie en format mp3. Enfin, si vous faites partie de ceux qui cherchent à tout prix à « optimiser leur temps » dans ce monde de fou - tout comme l’atteste le site Evene « Écouter un livre est donc l’activité culturelle de l’homme moderne pressé » - alors ce n’est plus un secret, le livre audio est fait pour vous ! Gain de temps, légèreté, mobilité, prix en baisse… sont autant de qualités qui vous permettront d’avoir toujours un livre sur vous, que vous soyez dans la salle d’attente du médecin, à Carrefour, dans le train, ou en train de passer la serpillière.

Alors, pourquoi moi ?

Le seul hic après avoir parcouru toutes les pages possibles et inimaginables vantant les mérites du livre audio, c’est que je ne me retrouve dans aucune de ces catégories. Alors, pourquoi moi ? Peut-être que quelque part j’ai toujours 5 ans et que je suis frustrée que plus personne ne me fasse la lecture. Ou alors je suis sans doute nostalgique de la culture de l’oral, qui a été d’usage dès l’Antiquité mais qui ne se transmet aujourd’hui qu’aux bambins encore incapables de lire par eux-mêmes. Oui, sans doute il y a de ça, mais ça n’est pas très convaincant. Autre possibilité : étant originaire de Normandie, je suis nécessairement une grande fan de Michel Onfray (philosophe français contemporain originaire de Basse-Normandie, ndlr) et j’écoute donc ses cours sur mon mp3. Non plus ! Alors, la réponse est forcément que je suis attirée par les livres érotiques qui connaissent un grand succès en version audio. Toujours pas…

Bref, mon attrait pour les audio livres est tout simplement apparu quand je suis tombée par hasard sur un spectacle de Fabrice Luchini un soir à Paris. Cela faisait bien longtemps que quelqu’un ne m’avait lu quelque chose. En l’espace de deux heures, j’ai découvert ou plutôt redécouvert Paul Valéry, Roland Barthes, Flaubert, Molière, et Chrétien de Troyes. J’ai été très agréablement surprise de voir, enfin d’entendre, que toutes ces œuvres prenaient une dimension différente. Tandis que mes yeux se reposaient, mon ouïe était bien réveillée. Rien de surprenant si je vous dis que Luchini ne lit pas comme moi. Mais ce n’est pas qu’un détail, car c’est toute l’interprétation qui change. Pour parler en termes de « j’évolue-dans-un-monde-globalisé-où-la-finance-règne », ça veut dire qu’il apporte une plus-value. Ça devient tout de suite plus intéressant, hein ? Depuis, je n’ai plus arrêté. Moi qui n’arrivais à lire Proust, je suis bien plus apte à l’écouter, surtout quand c’est un vrai comédien qui vous le lit et que vous n’avez pas à vous étouffer à chaque virgule parce que vous êtes incapable de respirer au bon moment. Et si vous préférez les œuvres plus récentes, vous pouvez même avoir le privilège de les entendre de la bouche même de l’auteur. Bref, le livre audio, c’est le luxe.

Photos : la Une (cc) pamhule/flickr (http://blog.pamhule.com/), texte : (cc) dalydose/flickr, Vidéo : (cc) estewifi/YouTube