Culture

L'Eurovision entre terrorisme et drag queen

Article publié le 11 mai 2007
Inauguré en 1956, soit un an pile avant le Traité de Rome, le concours de l'Eurovision célèbre, de manière parfois kistch, la musique européenne. C’est Helsinki qui abritera la cérémonie, du 5 au 12 mai prochain.

Masques de monstre, armures et hard rock. Il y a un an, c’est le très théâtral groupe finlandais ’Lordi’ qui remportait l'Eurovision en Grèce. Une victoire haut la main car le groupe réunissait le plus grand nombre de votes (292) de toute l'histoire de l'Eurovision, une institution déjà quinquagénaire. Loin du sauna et du Père Noël, le groupe originaire de Rovaniemi -la capitale du Nord de la Laponie- a contribué à engendrer une nouvelle image de la Finlande grâce à sa chanson ‘Hard Rock Hallelujah’.

Village people

Le retour triomphal de Lordi au pays a depuis boosté ‘YLE’, la plus grande entreprise de radio finlandaise, qui s'est lancée dans des préparatifs impressionants pour l'Eurovision 2007. Car il est d’usage que le concours se déroule dans le pays vainqueur de l'édition précédente. Avec 42 pays participants inscrits, Kjell Ekholm, l’un des organisateurs, prévoit déjà une affluence médiatique record : le concours devrait attirer plus de 1500 journalistes étrangers, dûment accrédités.

La totalité des billets simples -mis en vente en Finlande et à l'étranger- a été vendue en vingt minutes, alors que les packages (tickets combinés à des séjours) pour la finale sont partis en deux heures et demie.

Le buget consacré à la ‘Semaine de l'Eurovision’ flirte avec les 13 millions d'euros. Plus de 270 volontaires s'affairent dans les coulisses du ‘Village’, situé sur la place centrale Narinkka et qui a ouvert ses portes le 5 mai dernier. Près de 75 000 touristes et amateurs le visiterait déjà quotidiennement. Le programme annonce d’ores et déjà de nombreux concerts, karaokés, projections de films, croisières nautiques et même des matchs de basket-ball en fauteuil roulant. Il est même possible d’apprendre à confectionner un gâteau spécial ‘Eurovision’ !

Le producteur de YLE, Heikki Seppälä insiste sur la volonté de créer une manifestation sans précédent, construit autour de dynamiques variées incarnant l'essence de la culture finlandaise. « Nous voulons embrasser les différentes polarités associées à notre pays. La lumière contre l'obscurité, les cascades du Nord contre les îles du Sud, notre rapport très fort avec la nature contre le développement rapide de la technologie, notre côté taciturne contre notre force intérieure et notre folie créative, incarnées par Lordi avec beaucoup d'originalité, » déclare t-il notamment sur le site internet consacré à l’évènement.

Appuyer sur le bouton

La tendance finlandaise au consensus s’inscrit dans la campagne de l'Année européenne pour l'égalité des chances' lancée par la Commission européenne. « Notre but est d'inciter à la prise de conscience des discriminations en tous genres. Nous voulons nous assurer que tous les résidents européens soient traités avec respect, » explique Sandra Poczka, consultante.

Le respect n’a pas de frontières. Ekholm avait au départ demandé qu'il soit interdit aux Israéliens du groupe ‘Teapacks’ de concourir. Mais membres des pays candidats à l’Eurovision, ils feront pourtant partie de la sélection avec leur chanson ‘Push the button’ [Appuie sur le bouton], faisant référence aux attentats suicides palestiniens.

Les médias finlandais ont d'ailleurs largement abordé la question des dispositifs de sécurité. Dans une interview accordée au quotidien finlandais le plus populaire, Helsingin Sanomat, le chef de la sécurité Bjorn Akerblom a reconnu « n'avoir jamais vu de telles mesures de sécurité pour un simple divertissement ». Si le risque d'attentat semble pour l’instant faible, tous les spectateurs devront passer par un détecteur de métal ainsi qu'un appareil à rayons X.

Opéra slovène ou ‘drag queen’ danoise?

C’est l’arène d'Helsinki qui accueillera la demi-finale de la compétition le 10, avant la finale du 12 mai. Le célèbre acteur finlandais Mikko Leppilampi, 28 ans, et l’animatrice télé Jaana Pelkonen, 30 ans, devraient animer cette soirée extraordinaire. 300 m² d'écrans géants retransmettront le spectacle sur une scène illuminés par 800 projecteurs.

Les performances seront variées : le chanteur d'opéra slovène Alenka Gotar côtoiera ainsi le rocker vétéran croate Dado Topi ou la ‘drag queen’ danoise DQ. Pour la première fois en compétititon, la Biélorussie avec l'ancien gymnaste Koldun ou le duo bulgare Elitsa Todorova & Stoyan Yankoulov compléteront la sélection officielle 2007. De quoi satisfaire tous les goûts.

Alenka Gotar, la chanteuse d'opéra slovène