Culture

L'Europe et les quartiers gays : l'hymne à la joie

Article publié le 22 juin 2011
Article publié le 22 juin 2011
Alors que la spectaculaire Gay Pride prospère à travers toute l’Europe, les équipes locales de cafebabel ont blogué sur les différentes scènes européennes.

Paris : en direct du quartier gay, juif et huppé de la capitale.

Paris, le Marais ?Le quartier central du Marais est associé aux communautés lesbiennes, gays, bisexuelles, et transformistes (LGBT) de la capitale. Dans les années 1980 on y voyait de plus en plus d’homosexuels, quand le Marais était encore en rénovation et les petits loyers attiraient des propriétaires de clubs et de restaurants. Ceux qui font la mode envahissaient ses rues, en exprimant leurs orientations sexuelles de plus en plus ouvertement. Maintenant le Marais est le quartier dans lequel on trouve les boutiques et des restaurants de luxe, devenant ainsi le quartier général des cols blancs, des familles riches et des artistes. Le lieu reste néanmoins une plate-forme gay pour la vie nocturne où l’on rencontre encore des fripes et du shopping alternatif. Les gens vivent principalement dans les 10ème, 11ème, 17ème et 18ème arrondissements de Paris, qui sont plus abordables et aussi plus cosmopolites. Aujourd’hui, le Marais n’est pas « l’endroit » où vivent les gays et les lesbiennes, mais reste un super coin pour faire la fête.

Vous pouvez rejoindre Le Maris en prenant la ligne 1 du métro et en vous arrêtant à Saint Paul, 75004, Paris

Lire l'article entier sur le blog de La Parisienne : Gay Blog Action Day: où est le quartier LGBT à Paris ?

Ljubljana : leader dans la région, mais toujours pas accueillante avec les gays

Un superhéros gayLes incidents, la discrimination et même la violence rencontrée ces dernières années prouvent bien que Ljubljana n’est toujours pas complètement considérée comme une ville ouverte aux gays. Ce fut cependant un des leaders du mouvement homosexuel d’Europe centrale et orientale pendant le milieu dans années 1980. Le Festival annuel de films gays et lesbiens de Ljubljana, lancé en 1984, est le plus vieux d’Europe. Pour le 25ème anniversaire du mouvement des droits des gays, le centre culturel Q de Ljubljana était ouvert le 24 avril 2009. Il a été créé par un projet commun de SKUC, une des plus grandes organisations d’art et de culture de Slovénie, et les deux clubs gays et lesbiens les plus en vue du centre culturel Metelkova de Ljubljana : TiffanyetMonokel. Cafe Open est également un endroit très plaisant tenu par des homosexuels, accueillant des événements culturels avec des tables rondes trois ou quatre fois par semaine. La librairie lesbienne située à Metelkova détient enfin la plus grande collection de littérature traitant de l’homosexualité en Slovénie.

Klub Tiffany, Masarykova 24, Metelkova, 1000 Ljubljana

Cafe Open, Hrenova ulica 19, 1000 Ljubljana

Berlin : tout ce dont vous avez besoin c’est de l’amour (« All you need is love »)

Au premier coup d’œil, Berlin offre tout ce qu’un gay ou une lesbienne pourrait désirer. Les « mots du maire » : « Je suis gay et c’est une bonne chose » sont devenus le slogan de la ville. La vie homosexuelle à Berlin s’éparpille dans toute la ville, généralement là où les grosses fêtes ont lieu : Prenzlauer Berg, Kreuzberg, Friedrichshain and Mitte. Le quartier nord de Schöneberg est le quartier des autochtones de classe moyennes, alors que Kreuzberg est une scène pour activistes politiques. Juste de l’autre côté de la rue, dans le centre des femmes (l’usine de chocolat a fêté son 30ème anniversaire en octobre), le SO36 organise des rendez-vous entre lesbiennes, gays, transsexuels et leurs amis sur la piste de danse du HomOriental depuis presque 8 ans. Dernièrement, presque tous les magasins à Oranierstrasse arborent un poster dans leurs vitrines, soutenant les victimes d’homophobie et de racisme.

Oranienstr. 190, 10999 Berlin

Lire l'article entier sur le blog de Berlin : 'BLOG ACTION DAY Berlin - Stadt der Toleranz!?'

Budapest : il n’y a qu’une reine

Le concept d’un quartier gay à Budapest était à l’ordre du jour, mais les circonstances économiques et politiques actuelles n’ont pas été favorables au monde LBGT. En revanche, les bars lounges, Capella et Alterego, sont ouverts aux gays. Capella était très en vogue il y a 5-6 ans grâce à une reine des drag-queens, Lady Dömper, qui avait l’habitude d’y donner régulièrement des représentations. « Les DJs de Capella ont 6 mois d’avance sur les futures tendances musicales », explique un ami, ce qui explique que les hétéros soient intéressés par ce bar. Alterego a maintenant une position de monopole, grâce à sa situation centrale, un design clair et moderne et le transfert de Lady Dömper là-bas pour organiser les fêtes. Il y a aussi des pubs pour des fêtes illégales sur Facebook, comme par exemple« brutkó diszkó » (brutal disco), où des DJs de la radio Tilos passent de la musique, ou le plus récent, chic et cher Confetti.

Capella, Belgrád rakpart 23, 1056 Budapest

Alterego, Dessewffy u. 33. Nagymezö utca. Budapest, 1066

Lire l'article entier sur le blog de Budapest : 'The gay community of Budapest still stays hidden'

Athènes : il y a longtemps, très très loin

L’homosexualité est un tabou en Grèce, mais Athènes est considérée comme « plus ouverte ». Des bars gays ont ouvert dans le quartier récemment rénové en 2007 de Gazi, entrainant une montée de l’homophobie. Le 4 juin 2011, la première Gay Pride a eu lieu dans la ville d’Athènes. 

La majorité des Grecs pense que les homosexuels sont quelque part « loin », ce qui n’est pas complètement faux : les gays choisissent d’aller en vacance sur une des deux îles, Mykonos ou Lesbos. Comme son nom l’indique, la deuxième est connue pour être une île lesbienne depuis le temps des dieux grecs. En fait, les Grecs n’acceptent pas que dans les temps anciens, la relation homosexuelle mâle était une pratique courante, puisque chaque homme avait le droit d’avoir des relations sexuelles avec un « être humain égal », et que les femmes étaient vues comme des êtres inférieurs.

Lire l'article entier sur le blog d'Athènes : 'Gay neighborhood (sic) in Greece'

Photos: Une (cc) mimolag; Paris (cc) TOF alias christophe hue; Lesbos (cc) D1v1d; courtoisie de Flickr; vidéo gay19891005/Youtube