Culture

Les élections américaines en 5 vidéos : Eastwooding, insultes et dépucelage

Article publié le 6 novembre 2012
Article publié le 6 novembre 2012
Quand Clint Eastwood, gros bonnet d’Hollywood, dit ses quatre vérités à une chaise vide sous les yeux de milliers de spectateurs, que Big Bird de Sesame Street refuse de devenir un symbole politique et qu’Obama dépucèle les filles (au sens figuré), il ne peut s’agir que d’une chose : du show !
Alors que la campagne électorale battait son plein aux États-Unis, et pour gagner son ticket d’entrée à la Maison blanche le 6 novembre, tous les moyens (médiatiques) étaient bons. La campagne américaine en 5 vidéos.

J’adore Big Bird

« I love Big Bird », a laissé entendre Mitt Romney lors du premier débat télévisé qui l’opposait à l’actuel président Barack Obama. « Mais je ne vais pas continuer à dépenser de l’argent pour des choses qui nécessitent toujours plus d’emprunts à la Chine. » Les joutes oratoires filmées auxquelles se livrent les candidats à la présidence et dont sont ensuite extraites des petites phrases prononcées par l’opposant sont typiques de cette campagne 2012. Mitt Romney, le candidat républicain, a ainsi annoncé qu’il comptait arrêter de subventionner la chaîne de télévision PBS, qui diffuse entre autres l’émission pour enfants. La riposte du camp Obama ne s’est pas fait attendre : « Gros, jaune, véritable danger pour notre économie ! », ce n’est pas de Wall Street qu’il faut s’inquiéter, mais bien de Sesame Street. Quant à Big Bird, il ne souhaite soutenir aucun des deux prétendants à la Maison Blanche : on ne se mêle pas de campagnes politiques, ont déclaré les producteurs de l’émission.

Eastwooding

« This seat is taken » (cette chaise est occupée)L’affaire de la chaise vide (#emptychair) a créé des remous sur la toile. En août dernier, la pointure hollywoodienne Clint Eastwood était l’invité surprise de la convention républicaine. C’est au son de la bande originale du western oldschool Le Bon, la Brute et le Truand qu’il a fait une entrée triomphale sur la scène de Tampa. « Quand quelqu'un ne fait pas le travail, il faut qu'il s'en aille » : le discours tenu par le détenteur de plusieurs oscars, au cours duquel il s’est employé à démonter une chaise vide et un Mister President absent, lui reprochant ses piètres qualités de dirigeant en matière d’économie et de questions militaires, a été largement mis à mal par le Net, faisant de Clint Eastwood un trendsetter de seconde zone. Depuis, le terme « Eastwooding » désigne l’art de papoter avec des sièges vides. L’équipe de M. Obama a réagi en publiant l’un des commentaires les plus partagés du réseau social Twitter : « This seat is taken » (cette chaise est occupée). Les républicains, qui attribuent le taux de chômage élevé dans le pays (7,8% en septembre 2012) aux politiques de Barack Obama, ont une nouvelle fois riposté le 3 septembre à l’occasion de la fête du Travail (Labour Day), proposant de renommer cette journée la « journée de la chaise vide » (Empty Chair Day), photographiant et publiant sur Internet des photos de chaises vides afin de représenter la situation déplorable de l’emploi aux États-Unis.

Les 47 pour cent de Mitt Romney

La campagne de Mitt Romney a atteint son niveau le plus bas avec la vidéo filmée en cachette lors d’un gala destiné à lever des fonds en mai dernier et au cours duquel le candidat républicain a reproché à 47 % de la population américaine d’être des assistés et de profiter de l’État tels des parasites. Tous des électeurs d’Obama, cela va de soi. Romney les qualifie de victimes qui vivent aux crochets de l’État et ne paient pas d’impôts sur le revenu. Mais le candidat à la présidence n’avait pas compté sur le magazine de gauche Mother Jones, qui a immédiatement publié cette insulte à 47% des citoyens américains sur son site. Des excuses étaient inévitables, et le mormon déclaré a fini par les présenter publiquement, après quelques hésitations, en septembre dernier.

Il comprend les femmes

Le clip intitulé « Your first time » et diffusé sur Youtube fin octobre ne laisse personne de marbre. Les critiques (« Obama a piqué l’idée à Poutine ! ») sont aussi nombreux que les fans (« Trop mignon ! »). Lena Dunham, la scénariste et actrice de 26 ans, qui continuera de faire parler d’elle grâce à sa nouvelle série, Girls, diffusée sur HBO (le concept : un mix de Sex and the City et des Indignés), parle dans son court message vidéo d’un dépucelage très particulier : « La première fois, ça ne se fait pas avec n’importe qui […], ça se fait avec quelqu’un pour qui le sort des femmes est important, quelqu’un qui les comprend. » Malgré le double sens du message, tout le monde a saisi assez rapidement que cet homme qui comprend les femmes est Barack Obama et que la première fois de Lena Dunham c'était bel et bien avec lui (démocratiquement parlant). Outre les droits des femmes, le clip aborde des thèmes comme le mariage homosexuel, la contraception et la guerre en Irak. Pour ce qui est de la question des femmes, l’adversaire de M. Obama, Mitt Romney, n’a quant à lui pas réussi à marquer des points. Ainsi, interrogé sur l’égalité homme-femme au sein de son gouvernement, le républicain a-t-il répondu qu’il mettait tout en œuvre pour y arriver et qu’il avait reçu des « classeurs plein de femmes ». Le lendemain était mis en ligne le tumblr éponyme « Binders full of women ».

Un président pop

Le succès de la chaîne Youtube Baracksdubs montre l’ampleur que peut prendre le facteur « divertissement » dans les élections américaines : l’étudiant de l’Université du Tennessee qui l’a créée a commencé, en hiver 2011, à remixer les discours de l’actuel président avec des chansons pop américaines de Lady Gaga, Justin Bieber et compagnie. Un vrai hit : plus de 30 millions d’Internautes ont déjà vu le remix « Obama » de la chanson « Call Me Maybe », tube de Carly Rae Jepsen, la gagnante de l’émission Canadian Idol. Avec le fameux « Hot and Cold » de Katy Perry, le duel pop Romney-Obama entame le dernier round.

Photo : Une  (cc)~db~/flickr; Vidéos : Big Bird (cc)SidechainTV/YouTube; Eastwooding (cc)ABCnews/YouTube; 47% (cc)TheDailyConversation/Youtube;Première fois (cc)BarackObamadotcom/YouTube; Hot and cold (cc)baracksdubs/YouTube