Culture

La playlist grecque de la semaine

Article publié le 30 janvier 2015
Article publié le 30 janvier 2015

Puisque l'Europe avait les yeux rivés sur la Grèce à l'occasion des élections législatives du dimanche 25 janvier, pourquoi ne pas jeter une oreille sur ce que le pays produit de mieux en matière de musique. Une playlist garantie sans Sirtaki ni Demis Roussos.

Mariza Rizou - Μια άλλη ευτυχία ( « Un Autre Bonheur »)

Mariza Rizou a commencé sa carrière dans un choeur d'enfant à 17 ans. Depuis, la chanteuse évolue dans un genre à la croisée du jazz et de la bossa nova. « Un Autre Bonheur » donc.

Panos Mouzourakis - « Madame »

Le temps d'une variation sur une chanson d'Édith PiafPanos Mouzourakis ose faire rimer Paname, Madame et Jean-Claude Van Damme. Parce qu'il est né en Suisse, le chanteur grec de 35 ans peut s'enorgueillir, avec plus ou moins de talent, de ses références francophones. Par contre, va falloir oublier ce style qui n'est reconnu par aucun pays d'Europe à ce jour. 

Katerine Duska - « One in a Million »

Élevée au Canada par des parents grecs, Katerine Duska, désormais domiciliée à Athènes, a choisi son camp : elle chantera en anglais. Sur des arrangements qui varient entre la soul et le R'n'B, la jeune femme a le grain de voix d'Amy Winehouse même quand il s'agit de reprendre un nom de parfum. À noter, cette très belle reprise de « Do I Wanna Know » des Arctic Monkeys.

Marietta Fafouti - « Kookoobadi »

Une voix qui rappelle celle de Kate Bush, un rythme effrené, une sage utilisation des cuivres...en plus de faire des jingles pour la télé, Marietta Fafouti sait aussi composer de très bonnes chansons pop.

Baby Guru - « Espescially When »

Dans un genre tout particulier - le pysché - le groupe Baby Guru est un peut-être ce qui se fait de mieux actuellement en Europe. Le troisième album du trio, Marginalia, s'écoute en rêvassant, quelque part au milieu des années 60.

Monsieur Minimal - « Missing You »

Christos Tsitroudis alias Monsieur Minimal n'est sûrement pas ce que Syriza a choisi comme bande-son pour sa victoire aux élections anticipées de dimanche dernier. En évoquant souvent le bord du précipice, les très belles compos folk du chanteur de 35 ans nous rappellent qu'il fait aussi froid dehors qu'à l'intérieur. 

Mille merci à Lena Gkovari