Culture

Expo : Israël et Palestine face à face

Article publié le 21 mars 2008
Article publié le 21 mars 2008
Face2Face est une aventure photographique unique et un peu farfelue, menée par deux amis, le Français JR et le Suisse Marco. Ou comment coller le conflit israélo-palestinien sous le nez des Européens.

« Quelle est la différence entre un Palestinien et un Israélien ? ». A cette question, une majorité des spectateurs du Festival du film et forum international sur les droits humains(FIFDH), répondent : « Le Palestinien est arabe alors que l’Israélien est juif… » Pour contrer cette réponse un peu simpliste, un tandem d’artiste a mis sur pied la plus grande exposition urbaine jamais réalisée au monde : Face2Face. Après Berlin, Arles, Paris, Amsterdam et Venise, elle s’est installée à Genève, du 7 au 16 mars 2008.

FIFDH à Genève (Foto: ©Virginie Gerhard)

Une aventure rocambolesque

Leur idée est simple : prendre des photos de Palestiniens et d’Israéliens qui exercent les mêmes métiers et les afficher dans des formats géants, « face à face », sur le mur qui les sépare. Les portraits sont originaux car ils sont réalisés grâce à un objectif de 28 millimètres : « Il te permet de travailler à 10 centimètres de la personne photographiée, en confiance. Tu peux même sentir son souffle », souligne JR. Ce système autorise une grande complicité entre le photographe et le model. Il donne aux photos cet aspect unique.

Le concept est né à Paris, en 2005. Un an plus tard, en décembre 2006, JR se met à « shooter » 41 volontaires en Israël et en Palestine : des médecins, des sculpteurs, des coiffeurs ou encore des religieux, acceptent ainsi de se prêter au jeu des portraits. Mais l’aventure démarre réellement en mars 2007 lorsque JR et Marco débutent le collage des affiches dans pas moins de huit villes du Proche-Orient. Avec, dans leurs bagages, des échelles, de la colle et cette série de portraits agrandis, ils parcourent Hébron, Jéricho, Ramallah, Tel-Aviv, Jérusalem, ou encore Bethléem… Sans oublier l’étape ultime, les 4 et 7 mars 2007, celle du mur, symbole du conflit qui divise l’Israël et la Palestine, sur lequel ils collent des photos sur les deux côtés.

Sur papier et grand écran

De cette aventure est né un livre et un documentaire réalisé par Gérard Maximin. Un film de 70 minutes pour partager leur histoire et les réactions suscitées par ce placardage sauvage. « On a eu que des mises en garde », résume JR devant la caméra. Mais après la surprise, c’est souvent les rires et la curiosité qui l’emportent. Dans un contexte dédramatisé, enfants, religieux, soldats et passants s’arrêtent et s’interrogent sur les portraits.

Une exposition culturelle et politique

Dans ce dialogue par le rire, réside toute la force de Face2Face : « La seule image qu’ils ont de l’autre, c’est à travers les médias, quand il y a une attaque terroriste par exemple », commente JR. Le but de l’exposition est de démontrer que les habitants des deux terres ennemis ne sont pas si différents, il est d’ailleurs difficile en observant une photo de différencier le Palestinien de l’Israélien. Aujourd’hui, en exposant à travers toute l’Europe le tandem d’artistes, avec ses portraits absurdes, tente de nous faire réagir à notre tour, nous européens sur l’absurdité de cette guerre, qui dure depuis trop longtemps.

FACE 2 FACE bande-annonce de JR et Marco

(Photo en Une: ©face2faceproject.com)