Culture

Et si Marx était un manga ?

Article publié le 10 mars 2009
Article publié le 10 mars 2009
Alors que la crise économique donne une nouvelle vie au Capital dont les ventes augmentent, une maison d’édition tokyoïte vient de publier une version manga de l’œuvre du père du socialisme. Un cadeau d’anniversaire pour Marx qui est né le 14 mars 1883.

Si je laisse libre cours à ma fantaisie, certains titres me paraissent faciles à dessiner. Dans le catalogue de la maison d'édition East Press de Tokyo qui lance une collection de 28 mangas consacrée aux grands noms de la littérature européenne et japonaise, on trouve notamment Le roi Lear de Shakespeare ou Guerre et paix de Tolstoï. Les images évoquées par ces œuvres défilent rapidement dans mon esprit. Par contre, si je commence à penser à Kierkegaard, le maître danois de l'existentialisme, dont le livre La maladie à la mort (ou Traité du désespoir) fait aussi partie de la collection, la machine se grippe. Existe-t-il un récit plus difficile à dessiner que celui de l'auteur danois ? Peut-être bien Le Capital de Marx.

Le Führer pointe son nez

« L'Espagne et la France sont certainement plus friandes de BD que nous »

Pourtant, sous les traits captivants de l'album de 190 pages, la transposition de l'œuvre Le Capital, classique de l'économie pourtant célèbre pour son abord difficile, est fascinante. Kosuke Maruo, directeur de la collection, assure que chaque texte a été soigneusement étudié afin de saisir l'esprit original du livre, sans pour autant renoncer à un choix narratif attrayant. Au-delà des intentions purement didactiques, la bande dessinée incite le lecteur à découvrir le livre original. 

Parmi les titres de la collection, on trouve aussi Mein Kampf d’Hitler. « Il n'est pas dans nos intentions de promouvoir l'idéologie nazie, mais je crois qu'il est important de comprendre les fondements de la pensée d'Hitler », précise Kosuke Maruo. Selon l'éditeur japonais, l'œuvre controversée du dictateur est uniquement une proposition comme les autres pour faire comprendre au public japonais une période de l'histoire européenne. « En tant qu'éditeur, je ne publierais jamais ce texte », lui rétorque Marco Marcello Lupoi, responsable des publications et des licences de Panini Comics, l'une des plus grandes maisons d'édition de bandes dessinées en Europe. Il poursuit : « Je suis d'avis qu'il faut laisser les livres qui ont fait énormément de mal dans les oubliettes de l'histoire. »

Les mangas à l’école

« Kanikosen (Le navire-usine) de Takiji Kobayashi est le titre le plus vendu, suivi par Les frères Karamazov de Dostoïevski, précise Maruo, même si les ventes de l'album de Marx sont prometteuses et qu'elles pourraient bien dépasser celles de l'album de Kobayashi. » East Press se dit satisfait des ventes et des réactions du public. « Quelques-uns des titres de la collection seront utilisés comme support didactique dans les écoles. Même les bibliothèques commencent à être plus sensibles à ce genre de produits éducatifs de style manga », poursuit Maruo. « Une telle initiative n'est pas nouvelle en général, et elle a déjà eu lieu en Italie, même si je ne suis pas sûr de la place que l'on réserverait à de tels produits en 2009 », remarque Lupoi.

Il y a des années, par exemple, l'Italien Renato Polese avait déjà relevé le défi de transformer certaines œuvres de Jules Verne et d’Herman Melville en bandes dessinées. « Aujourd'hui, je ne serais pas surpris de trouver des initiatives similaires en Espagne et en France, pays qui sont certainement plus friands de bandes dessinées que nous », conclut Lupoi. En plus des auteurs cités précédemment, les autres Européens présents dans la collection sont Goethe, Machiavel, Nietzsche, Stendhal, Saint-Exupéry et Hugo. Aux lecteurs désireux de découvrir les classiques japonais, Kosuke Maruo conseille La déchéance d'un homme d'Osamu Dazaï et Le pauvre cœur des hommes de Soseki Natsume. « Ce sont des ouvrages très populaires qui font écho à certains des traits les plus profonds de l'âme japonaise. »

Traduction Charlotte Monnier- Révision Cafebabel.com