Culture

Edda Magnason : La blue note suédoise

Article publié le 13 février 2014
Article publié le 13 février 2014

La chan­teuse Edda Ma­gna­son s’est lan­cée avec suc­cès dans le ci­néma avec le très jazzy Valse pour Mo­nica. Une pre­mière ex­pé­rience qui lui a valu une in­vi­ta­tion à la Ber­li­nale. Re­contre avec une ar­tiste qui sait par­ta­ger.

Le pro­gramme du jour a beau s’ap­pe­ler « Eu­ro­pean shoo­ting stars », Edda Ma­gna­son est loin d’être une dé­bu­tante. Les in­ter­views, les séances photo, elle connaît. L’al­lure sou­ve­raine, elle passe d’une table d’in­ter­view à l’autre et j’ai beau ten­ter de com­men­cer par quelques for­ma­li­tés de po­li­tesse en sué­dois, Edda sou­rit gen­ti­ment pour me si­gni­fier qu'il vau­drait mieux que l'on pour­suivre en an­glais.

All that jazz

De star, Edda en a déjà le sta­tut dans son pays. Ses deux al­bums, Edda Ma­gna­son et Goods, aux ac­cents jazzy ont fait sen­sa­tion et bra­qué la lu­mière sur cette Suédo-Is­lan­daise dont l'édu­ca­tion mu­si­cale reste clas­sique. Pas vrai­ment éton­nant donc de la voir en­dos­ser le rôle de la chan­teuse Mo­nica Zet­ter­lund pour ses dé­buts au ci­néma. « J’ai été ap­pro­chée à la suite d’un concert par un spec­ta­teur qui connais­sait la per­sonne res­pon­sable du cas­ting. J’ai en­suite pas­sé trois au­di­tions pour avoir le rôle. C’était un défi assez ex­ci­tant car Mo­nica Zet­ter­lund est très connue en Suède », ra­conte-t-elle. Le film, Valse pour Mo­nica du réa­li­sa­teur da­nois Per Fly, re­trace le par­cours de d'une chan­teuse-star des an­nées 60 qui a conquis la scène mon­diale du jazz avant de dis­pa­raître tra­gi­que­ment, il y a quelques an­nées. « Jouer et chan­ter en même temps fai­saient par­tie d’un même tout. La mu­sique fait par­tie de la vie et du per­son­nage de Mo­nica. Il m'a fallu beau­coup de temps pour étu­dier sa façon de bou­ger, de chan­ter », pour­suit-elle. Edda Ma­gna­son pro­fite éga­le­ment de la bande ori­gi­nale du film pour s’of­frir, avec un troi­sième album, un nou­veau suc­cès.

Bande-an­nonce de Valse pour Mo­nica, film réa­lisé par Per Fly.

« sa­voir sé­pa­rer »

« Mo­nica Z » - dans sa ver­sion ori­gi­nale - est de­venu un des plus grands suc­cès du ci­néma sué­dois en trus­tant toutes les ré­com­penses na­tio­nales. No­miné la ba­ga­telle de onze fois lors des Guld­bagge (l’équi­valent des Cé­sars sué­dois, nda) en début d’an­née, le film rem­porte 4 prix et Edda Ma­gna­son la sta­tuette de la meilleure ac­trice. Edda a beau être ha­bi­tuée à la no­to­riété, elle a pour­tant le sen­ti­ment de fran­chir une étape dans sa car­rière : « ma mu­sique ne s’adres­sait qu’à un pu­blic in­té­ressé. Au­jour­d’hui, avec Mo­nica Z, c’est le grand pu­blic que je touche ». Une ex­pé­rience qui ouvre dé­sor­mais de nou­velles portes à la jeune sué­doise. « Main­te­nant, je veux faire les deux évi­dem­ment, mais ce sont deux choses bien dif­fé­rentes, qu’il faut sa­voir sé­pa­rer ». En at­ten­dant, elle s’est lan­cée dans un nou­veau pro­jet : une co­mé­die mu­si­cale in­ti­tu­lée « The fee­ling of going » et pré­sen­tée à Malmö.

À voir : « Valse pour Mo­nica » de Per Fly, en salles le 19 mars 2014

_

Re­trou­vez tous les ar­ticles consa­crés à la Ber­li­nale sur le ba­bel­blog of­fi­ciel de Ber­lin ici. Et toutes les actus concer­nant le fes­ti­val sur la page Fa­ce­book de Ber­lin.​Babel.​Blog ou sur Twit­ter avec @Ca­fe­ba­bel­Ber­lin.