Culture

De l’art virtuel sur Second Life

Article publié le 26 février 2008
Publié dans le magazine
Article publié le 26 février 2008
Performances, installations, provocations : toutes de pixels vêtues, les œuvres d’artistes du monde entier s’exposent dans la communauté virtuelle… et attisent la curiosité de musées en dur.

Ses habitants y construisent des villes, travaillent leur look, achètent et vendent avec la monnaie locale, le Linden Dollars, fondent des communautés et s'y font des amis. Mais ils créent aussi. De nombreux artistes transposent leurs œuvres dans la communauté virtuelle de Seconde Life, ce monde lancé en 2003 par le californien Linden Lab. Grâce aux outils que propose le logiciel, les utilisateurs peuvent se retrouver face à toutes sortes de créations, selon l’implication et l'expérience de l'artiste qui décide un jour de mettre un pied sur Second Life.

Avec Liz Solo : des événements réels retransmis dans le virtuel

Dans la vie comme sur Second Life, Liz Solo est à la fois musicienne, chanteuse et interprète. Elle vit à St John's, une ville canadienne du Newfoundland, une île au nord-est de la côte nord-américaine. Elle a inauguré récemment I am coop, une galerie où elle propose les versions virtuelles d'événements locaux : des concerts, des expos et des installations. Son initiative est possible sur l'île Odyssey, un espace qui fournit le support technique et les services aux artistes qui travaillent sur Second Life.

Liz est une femme gentille et disponible. Elle a accepté que j'assiste à la naissance de son projet : pendant quelques jours, son avatar aux longues ailes d'insectes a déplacé des murs, planté et enlevé des arbres et essayé les vidéos en streaming. Le jour de l'inauguration, j'étais en retard car à l’heure du rendez-vous, c’était encore l’aube en Italie. Pour commencer, Liz a lu un texte intitulé Revenge, puis Anthony Brenton qui est poète, a récité quelques extraits de Daybreak Saint city, son ouvrage qui vient à peine de sortir. Quelques avatars sont dans l’assistance et regardent une vidéo en streaming de l’auteur, devant son bureau.

(Photo: ©Marco Riciputi)

Le projet I am coop vient d'être lancé et déjà des rendez-vous mensuels réguliers sont programmés. « Second Life est juste une extension de la vie réelle, deux endroits différents qui représentent une réalité identique », considère Liz Solo qui a aussi présenté son nouvel album en solo, Alien, sur le site. « J'aime l'idée de fondre les deux mondes, virtuel et réel, en un » , ajoute-t-elle.

Etonnante Liz Solo

Gazira Babeli et des performances en codes de programmation

Souvenez-vous de ce nom : Locusolus. C'est dans ce petit coin du monde virtuel que vous trouverez la majeure partie du travail de Gazira Babeli, une artiste engagée activement sur Second Life, installée là depuis le printemps 2006 seulement. Elle est, comme on dit « en résidence », grâce aux outils offerts par le programme. « Les concerts existent grâce à des codes de comportement. De la même manière, l'environnement numérique utilise des codes de programmation », explique Gazira. C'est de cette façon qu'elle mesure, non pas les limites de la création sur Second Life, mais celles de l'imagination humaine au sein de ce monde virtuel.

A Locusolus, vous pourrez interagir avec la plus grande partie de ses œuvres. Votre identité, pourtant si difficilement créée, pourra prendre part à une grande discussion grâce à Come Together qui fusionne en un amas unique les avatars visiteurs. Si vous vous assaillez sur Avatar on Canvas, vous deviendrez une sculpture surréaliste vivante, condamnée à la difformité tant que vous ne serez pas sortis du programme. Ne faites pas non plus confiance aux télé-transporteurs des installations U are there, qui permettent à chacun d'aller ici et là, sur des terres virtuelles, simplement en appuyant sur un bouton.

Come Together de Gazira Babeli

Second Front avec des super héros synthétiques

Les travaux de Gazira ont été évoqués par les journaux Liberazione, La Stampa, Spiegel On Line et El Pais. Elle a présenté ses œuvres dans différents festivals, comme le Dutch Electronic Art Festival à Rotterdam, la Venice Video Art Fair et la Performance new-yorkaise avec le groupe Second Front de Seconde Life.

Ce groupe d'avant-garde expérimente les performances dans le monde virtuel et compte aujourd’hui huit membres, dont Gazira et Liz Solo. Apparus pour la première fois en novembre 2006, avec l'assaut du siège virtuel de l'agence de presse Reuters, la première à avoir ouvert une rédaction sur Second Life, ils ont depuis voyagé jusqu’à New-York pour la Performance 07, une biennale des arts visuels et des performateurs en tous genres. Là-bas, ils se sont battus contre le gorille Kong, dans un remake très amusant de King Kong, inspiré de Donkey Kong, l'inoubliable jeu-vidéo des années 1980.

Mais même pour Second Front, les choses pourraient évoluer. Beaucoup d'entre eux sont très pris par des expositions, dans le monde réel, de leurs travaux réalisés sur Second Life ! L’espace virtuel produit désormais sa propre dose d'art contemporain.