Culture

Camille et Enneri Blaka : du sauvage !

Article publié le 24 avril 2008
Article publié le 24 avril 2008
Avec Lo Fat Orchestra, Portishead et Hooverphonic, voici notre sélection mensuelle des meilleurs sorties musicales en Europe. Entre nostalgie rock et chants venus du fond de la gorge.

Portishead - Third

Leurs fans sont nombreux à le savoir : les membres du groupe Portishead viennent de Bristol. Le trio, fondé en 1991, a même emprunté son nom à une petite ville éponyme de sa périphérie. L’album qui les a lancé, Dummy sorti en 1994, a révolutionné le monde de la musique, en lançant de nouveaux concepts comme le « trip-hop » et le « downtempo electronica ». Depuis, autour de la chanteuse Beth Gibbons, le groupe a attiré des fans de musique d’horizons très divers. Third est le troisième album officiel des 17 ans d’histoire de Portishead. Sans être une pâle copie des disques précédents, cet opus est empreint de la vieille énergie du groupe et d’une bonne dose de mélancolie.

Island/Universal - Sortie : 28.04.2008

Hooverphonic - The President Of The LSD Golf Club

(Photos: ©PIAS)

Dans le genre tout droit sorti des années 1990, parmi des noms comme Moloko, Morcheeba ou Goldfrapp, il ne faut pas oublier Hooverphonic. La Belge Geike Arnaert est depuis 1997, le visage et la voix du trio. Une chanteuse charismatique au profil marqué, qui n’a rien à envier à de si fameux congénères. Car Hooverphonic fait la différence : Geike Arnaert est par exemple moins mélancolique. Sa voix est légère et gaie, elle diffuse une énergie intacte. Le son de ce groupe belge est aussi moins morose. Dans leur nouvel album, le huitième déjà, Hooverphonics reste dans la lignée de leurs précédents succès et rend avec The President Of The LSD Golf Club un hommage aux années 1960. Un voyage musical aux sonorités « trip-hop » et aux arrangements ampoulés.

Label: PIAS

The Lo Fat Orchestra - Canned Candies

La Suisse est connue pour son chocolat crémeux, son fromage plein de trous et sa copieuse fondue. Très bon, mais très riche. Heureusement, il existe quelque chose de plus sain, une bonne injection de sérotonine, qui ne se dépose pas sur les hanches : le Lo Fat Orchestra. Le groupe suisse-allemand, venu de la ville pittoresque de Schaffhouse, compte des grands noms de l’histoire de la musique, comme les Beatles, Dinosaur Jr. ou Lemonheas, parmi leurs inspirations musicales. Ils font ce qu’ils appellent de la « musique pop sans frontière » et utilisent l’orgue, la basse et les percussions, ainsi qu’une bonne dose d’humour, dans leurs compositions. Leur premier album, Canned Candies, a été conçu avec beaucoup d’amour et est l’aboutissement d’un projet musical très accompli. La pochette a été réalisée par le chanteur Chrisi, lui-même. Le premier titre du disque, « Esta Noche », donne le ton et réveille le fêtard qui sommeille chez les plus grands pantouflards. Ceux qui pensent encore que les Suisses sont lents devraient prendre d’urgence une dose de Canned Candies.

Label : Milk & Cho/ Broken Silence

Camille - Music Hole

Camille (Photo: ©Emi Music France)

Camille a fait son trou dans la chanson française. La demoiselle, qui semble très sûre d’elle, vient de sortir un nouvel album attendu avec impatience : Music Hole. Pour la première fois, Camille ne se cantonne pas au français, mais chante aussi en anglais. Cet album est sûrement celui qui a le plus de personnalité d’un point de vue artistique et créatif. On peut entendre des passages au piano, mais Camille s’éloigne ici des instruments traditionnels. Elle a travaillé avec des artistes venus de pleins d’univers musicaux différents, qui apportent de nouvelles sonorités. Selon ses propres mots, Music Hole est un mélange de « body percussion, de transe minimaliste et de chants venus du fond de la gorge ». Un album très cool et nonchalant pour tous ceux qui souhaitent sortir des sentiers battus.

Label: Virgin Frau/EMI

Sortie en France et en Grande-Bretagne : 7 avril ; sortie dans le reste de l’Europe : 9 mai 2008

Enneri Blaka - Big Bang

(Photo: ©Enneri Blaka)

Les huit Français, membres d’Enneri Blaka, s’aventurent sur un tout autre terrain bien qu’ils ne soient pas en reste en matière d’expérimentations. Le groupe tire son nom d’un fleuve du Niger et fait trembler les murs avec son « électro-funk ». Musicalement très précis, ces Strasbourgeois peuvent se permettent en concert quelques arrangements originaux et autres sons sauvages tout en gardant leur saveur. Ils n’ont rien d’un cliché et n’hésitent pas à ajouter des claviers à leur « groove jazzy » ou encore à s’accompagner d’un DJ et d’un MC rappeur. Ceux qui ont la chance de découvrir en live ce spectacle puissant de la nature doivent absolument en profiter. Mais attention : il est possible de souffrir le jour suivant de courbatures et d’un syndrome de manque. Les autres devront se contenter de l’album Big Bang.

Label: indépendant (informations sur www.enneriblaka.com)