Culture

CALLmeKAT : puissante douceur

Article publié le 11 décembre 2015
Article publié le 11 décembre 2015

Écrit au lendemain du décès de son père, Mouth of Time, le cinquième album de CALLmeKAT, est de loin son œuvre la plus personnelle. Au son de ses claviers vintage, elle y raconte l’intimité du deuil et sonde les paradoxes auxquels la vie nous confronte. Avec l’émotion comme seul guide. Portrait d’une artiste aussi tendre qu’envoûtante.

CALLmeKAT arrive dans le bar où elle nous a donné rendez-vous, trottinant, manteau noir et capuche relevée pour se protéger des quelques gouttes qui tombent dehors. Sous cette capuche, c’est un visage doux et souriant, une longue chevelure brune, des yeux qui posent sur vous un regard tendre, presque… maternel. CALLmeKAT, de son vrai nom Katrine Ottosen, a le pouvoir en quelques secondes, de vous envelopper dans une atmosphère paisible et chaleureuse. Le lieu où nous nous retrouvons y est peut-être aussi pour quelque chose : le Folks & Sparrows, un café-épicerie fine rue Saint-Sébastien dans le 11ème arrondissement de Paris, à la déco très cosy.

Méfiez-vous des apparences, car derrière la douceur de CALLmeKAT se cache une puissance de voix assez impressionnante. « Ce que j’aime, c’est exprimer des émotions et pas juste "bien chanter". Des émotions qui viennent de l’intérieur et qui décrivent ce que je ressens à ce moment-là pour la musique. Ma voix, c’est mon instrument et j’aime faire des choses spéciales avec. Quand je le sens, sans le calculer à l’avance, je la laisse aller. » Par « laisser aller », il faut comprendre ces « envolées où la voix est poussée dans ses retranchements » et semble ne tenir qu’à un fil. Pourtant, elle ne se brise jamais.

Entre fjords du Danemark et sapins des CatskillMountains

« Montagnes, rivières, soie, lumière tamisée, chagrins d'amour. » Voilà le genre de mot-clé que l'on peut trouver dans la rubrique « inspirations » de sa page facebook. « By the lake », « My sea » sont autant de titres donnés à ses chansons. Son endroit favori pour composer ? Sa maison perdue au milieu des Catskill Mountains, une chaîne de montagnes située à 3 heures au-dessus de New York, où vous ne trouverez que lacs, sapins, cascades et rivières autour de vous. C’est d’ailleurs ici-même, où elle vit la moitié de l’année (tandis qu’elle passe la deuxième moitié à Copenhague) qu’elle a enregistré Mouth of Time, en compagnie de Joe Magistro, guitariste et complice de longue date. « C’est en quelque sorte au milieu de nulle part, il faut conduire une heure pour arriver à la ville la plus proche. Ce qui me convient parfaitement car pour composer, j’aime qu’il n’y ait pas de distraction à ma portée. Chez moi, je me lève, je fais du café, et au travail ! ». 

La chanteuse grandit à Aabenraa, une petite ville d’environ 15 000 habitants donnant sur la mer Baltique, au sud du Danemark. À la maison, l’ambiance est souvent à la fête : son père s’empare de sa guitare, sa mère entame quelques pas de danse et, au milieu, Kat pousse la chansonnette. Elle ne tarde pas à monter son propre groupe avec qui, alors âgée d’à peine 15 ans, elle partira en tournée jusqu’au Japon. Mais quelque chose lui manque. « Vers 17-18ans, j’ai réalisé que je commençais à m’éloigner du groupe et que j’avais envie de faire ma propre musique. » Katrine quitte sa ville devenue trop étroite pour ses ambitions et prend la direction de la capitale, Copenhague, où elle intègre le Conservatoire. Les choses s’accélèrent en 2005, lorsqu’elle rencontre Daniel Fridell, qui deviendra le producteur de son premier album I’m in a polaroid – Where are you ?, sorti en 2008. Depuis, ce sont des tournées en Europe, en Chine, aux États-Unis ou en Russie, et des concerts en premières parties de Sébastien Tellier, Au Revoir Simone et The Dø.

Autre rencontre significative, celle avec Joe Magistro, aujourd’hui guitariste de CALLmeKAT. « Je pense que nous parlons un langage commun tous les deux en musique. Nous n’avons pas besoin d’expliquer les choses, elles se font naturellement. » Cette communion se matérialise en 2015 par la création d’un groupe, Gene Gene, dont le premier album sortira courant 2016.

Contradictions

En attendant, c’est au nom de CALLmeKAT qu’elle sort son cinquième album en janvier 2016. Mouth of Time a été écrit suite au décès de son père et tente d’exprimer tous les paradoxes que peut renfermer une personne dans un moment de deuil. « Toutes les musiques de cet album […] parlent du rapport contradictoire entre joie et tristesse, la vie et la mort, comment continuer à vivre sa vie librement tout en portant une énorme tristesse. » Cette idée guide toute la musique de CALLmeKAT. On peut sentir parfois que la voix part dans une direction tandis que la mélodie part à l’opposé, et c’est exactement là qu’elle veut être. « Plus que le concept de contradiction, c’est surtout que pour moi c’est plus humain. N’importe qui peut porter de la tristesse et de la joie dans un même moment. La musique est pareille à mes yeux. »

Faire cohabiter des contradictions mais aussi, des temporalités différentes. Derrière les mélodies pop auxquelles notre oreille est habituée, ce sont des sons beaucoup plus rétro qu’on entend dans les chansons de CALLmeKAT. Ces tonalités proviennent de vieux claviers vintage, que la chanteuse va chercher en brocante ou dans des petites boutiques bien à elle. En 2005, lorsqu’elle déniche son premier clavier (un vieux clavier Casio), elle tombe instantanément raide dingue du son si particulier. Cette rencontre annonce le début de sa propre musique. « Mon groupe, c’est moi et mon clavier ». Présent dans toutes ses chansons, c’est sa marque de fabrique.

Mais même si elle se nourrit beaucoup du passé, que ce soit par l’utilisation de sons « démodés » (en plus des vieux claviers, elle aime aussi beaucoup les kazoos) ou par l’influence des années 60-70, elle ne veut pas s’enfermer dans une musique nostalgique. « Ce que je trouve intéressant c’est de transporter mon amour pour le passé dans le présent. Je vis dans un monde moderne, je ne veux pas faire de la musique nostalgique, je veux faire quelque chose d’aujourd’hui, mais avec des éléments du passé. »

Ca serait donc ça CALLmeKAT : « faire du neuf avec du vieux », nourrir le futur avec du passé ? Dans Mouth of Time , elle revient sur un événement tristement marquant pour elle et n’hésite pas à se livrer. Pour autant, la vie continue et elle refuse d’en gâcher la moindre seconde. Oui, elle se prendra quelques jours de vacances pour les fêtes, avant d’enchaîner une année 2016 sur les chapeaux de roues : promotion de son album, nouvelle expérience avec Gene Gene et enregistrement d’un nouvel album solo courant de l’hiver 2016. Mais c'est quelque part logiquement et avec le regard pétillant qu'elle nous lâche : « Pour moi la chose intéressante est toujours celle qui suit ».

« Mouth Of Time ». Premier morceau extrait ddu futur EP.

-

Mouth Of Time sortira le 29 janvier 2016