Culture

Brésil-Italie : l’affaire Battisti en toile de foot

Article publié le 10 février 2009
Article publié le 10 février 2009
Le ministre de la justice brésilien a accordé à Cesare Battisti le statut de réfugié politique, mi-janvier 2009. L’Italie réclame son extradition. A l’occasion d’une rencontre de foot amicale, mardi 10 février, la polémique enfle. Interview croisée de deux journalistes sportifs.

Valerio Clari, journaliste sportif au quotidien italien La Gazzetta dello Sport à Milan, et Pedro Sá, son homologue brésilien du Journal dos Sports à São Paulo, évoquent le match amical entre le Brésil et l'Italie. La polémique autour de l’ex-terroriste italien Cesare Battisti en toile de fond. Entre sport et diplomatie.

En quoi une rencontre Italie-Brésil est-elle spéciale ?

www.gazzetta.itValerio Clari : Le match entre le Brésil et l’Italie à quelque chose de plus qu’une rencontre amicale. Ce sont les deux pays qui ont le plus souvent gagné le championnat du monde et pour la première fois, ils se rencontrent en dehors d’un grand tournoi. En plus, en 2006, l’Italie a remporté la coupe du monde sans affronter le Brésil. Les vaincre serait un peu comme boucler la boucle. Cerise sur le gâteau, le match est organisé dans le stade Emirates plein à craquer. Au niveau sportif, on ne peut demander plus !

Pedro Sá : Le plus important lors de cette rencontre entre le Brésil et l’Italie, c’est la grande tradition du football de ces deux pays et la relation que les supporters ont avec leurs clubs. Il faut aussi mettre en évidence la qualité des joueurs qui sont entrés dans l’histoire lors de ces duels si équilibrés.

L'affaire Battisti a-t-elle échauffé l'ambiance ?

V.C : L’affaire Battisti a été et continue d’être au centre de l’attention. Les médias ont couvert les tentatives italiennes de faire changer l’opinion du président Lula ainsi que la procédure parlementaire et judiciaire du Brésil quant à l’extradition. Quelques représentants du gouvernement italien ont même proposé d’annuler le match, en signe de protestation. Cela a surtout été vu comme une provocation pour la presse : la tenue du match ne se discute plus. Peu de personnes voient cette rencontre sportive amicale comme, avant tout, une question politique et judiciaire, même si une grande partie des journaux trouve injustifiée la décision brésilienne de concéder le statut de réfugié politique à Battisti.

P.S : Je ne crois pas que l'affaire Cesare Battisti ait suscité la polémique quant au match lui-même, malgré les rumeurs disant que la rencontre pourrait être annulée. Je crois que cette histoire doit rester sur la scène diplomatique. La presse brésilienne a parlé de la situation de Cesare, elle a donné son avis, mais les décisions sont prises d’en haut, par les autorités compétentes. 

Cette polémique pourrait-elle avoir des conséquences sur le match ?

www.jsports.uol.com.brV.C : Je ne pense pas que cette affaire va influencer le match. Il pourrait y avoir quelques interdictions, mais le fait de jouer à Londres, grâce à l’efficacité des contrôles des services anglais et la vente individuelle des entrées, devrait empêcher la présence de certains ultras italiens.

P.S : Je crois que cet incident diplomatique n'aura pas de grosses conséquences sur le match entre le Brésil et l'Italie. Il sera disputé dans une ambiance sportive. Comme il s’agit d'une rencontre amicale, les supporters n’attendent pas grand-chose de la part des joueurs. Et pour clore sur l’affaire Battisti, je pense que si réaction il y a, elle viendra des Italiens. Selon moi, c’est un peuple plus politisé que le peuple brésilien…

Vos pronostics ?

V.C : 2-2.

P.S : Je crois que l’Italie gagnera 2 à 1.

Nos remerciements à Alessandro Grandesso et João Ricardo Matta