Culture

B92 en Serbie : un multimédia populaire

Article publié le 18 novembre 2008
Article publié le 18 novembre 2008
Une radio de Belgrade, opposée au régime de Milosevic est devenue une chaîne de télévision nationale et un site d'informations sur Internet. Une alternative dans la mer morte de l’information : petite histoire d'une fusion réussie.

Date de naissance : le 15 mai 1989. La radio B92 voit le jour suite à la décision de l'union étudiante socialiste de se réunir en une seule et même radio. Son fondateur, Veran Matić, a été le présentateur, dans les années 80, de l'émission Ritam srca (Le rythme du cœur), qui représentait déjà un premier pas vers la diversification de la communication de masse en Yougoslavie après la mort de Tito et la chute progressive du communisme. Veran traitait déjà des thèmes tabous, comme la prostitution, le sida et la drogue. Le slogan de B92 ? « L'information n'est pas seulement représentation et répétition, mais c'est aussi la force qui permet de changer la réalité. »

Contre le régime de Milosevic

Durant les années 90, la radio B92 a plusieurs fois sombré dans l'obscurité (pour ensuite retrouver son statut grâce aux pressions internationales) à cause de sa couverture des manifestations d'opposition au gouvernement de Milosevic. Pendant la période des bombardements de Belgrade, la direction de la station émettrice a été occupée par des membres du régime, alors que les membres de la radio continuaient à travailler dans la clandestinité.

Ce n'est qu'en 2000 que les membres de B92 ont repris le contrôle total des émissions. Après la chute du régime, B92 s'est également engagée dans la récolte et la production de matériel audiovisuel, dans le but de reconstruire la mémoire historique du pays. Malgré les problèmes qu'elle a rencontrés, elle a été le média le plus écouté à cette époque-là. En septembre 2000, juste après la chute du régime de Belgrade, B92 est également devenu une télé.

« L'information est une force qui permet de changer la réalité »

A travers ce média, B92 touche la nation entière, après 11 ans de lutte pour la liberté d'information. Mais toutes les émissions radio ne sont pas « transférées » à la télé. Au contraire, radio B92 continue à fonctionner parallèlement à la télé. Pendant les 4 dernières années, elle a triplé son audimat, arrivant en troisième position des chaînes les plus populaires pour la tranche d'âge des 15 à 54 ans, mais aussi une des 4 chaînes de télévision détenant une licence nationale. Selon l'AGB, télé B92 couvre aujourd'hui 98 % du territoire serbe et 88 % de la population a une bonne qualité de réception.

Internet et télévision sans compétition

Souvent considéré comme l'ennemi numéro un de la télévision, Internet peut au contraire représenter une opportunité pour la survie de celle-ci. Si B92 devient également un site web très populaire, c'est parce qu'il n'est pas seulement une vitrine des programmes télé mais un véritable site d'information divisé en sous rubriques, comme les journaux en ligne : culture, affaires étrangères, travail, voyages. Depuis 1996, B92.net est le site Internet le plus visité de Serbie, avec 180 000 visiteurs par jour mais c'est aussi un des plus visité d'Europe de l'Est.

En février 2008, 389 936 Internautes sont venus visiter le site Internet, et 2 330 381 pages ont été chargées sur le site (selon Statcounter). Pour cela, la radio, télé et Internet B92 est un média unique qui a su concilier et exploiter les potentialités des trois médias les plus importants pour s'adresser à son public, offrant aux jeunes serbes, une alternative dans la mer morte de l'information.

Radio, télévision et site Internet sont ici trois réalités reliées entre elles mais indépendantes. Avec une force : l’alternance. « Nous avons été égoïstes, car la station radio nous a aidés à créer ce qui nous manquait et ce que nous désirions. Nous avons créé un monde à part qui était détaché de la réalité réprimée qu'il y avait autour de nous. C'était, peut-être, le seul moyen d'assurer notre survie », observe aujourd’hui Veran Matić.