Bruxelles

Trump Not Welcome: Une réponse à la belge

Article publié le 24 mai 2017
Article publié le 24 mai 2017

Cafébabel a assisté ce mercredi en fin d'après-midi à la manifestation « Anti-Trump » organisée devant la gare du Nord. Des motivations très diverses ont poussé les gens à venir mais un point commun dans les discours : le rejet de Donald Trump et l'opposition à ses politiques.

Ce mercredi 24 mai, Donald Trump a débarqué à Bruxelles dans le cadre du sommet de l'OTAN. Pour beaucoup d'entre nous, sa venue signifie juste des rues bloquées à Bruxelles, une circulation difficile et beaucoup d'ennuis pour rentrer à la maison la veille d'un jour férié. Mais ce n'est pas tout. En Belgique, la résistance s'organise pour faire face à Donald Trump et la menace « populiste » qu'il représente.

Un «Hellhole Festival» manqué

Le dimanche précédant la venue de Trump, les belges de Bruxelles ont tenté de rassembler les foules pour un festival improvisé. Le but : célébrer nos libertés dans un contexte totalement spontané : « Le Festival ne sera pas organisé » précisent les organisateurs. Et effectivement, pas d'organisation il y a eu... car nous avons essayé de nous rendre à ce « Hellhole » dimanche dernier au Parc du Cinquantenaire mais impossible de trouver un lieu ou point de ralliement avec nos compatriotes partageant nos motivations. Nous sommes rentrés bredouille et après consultation de la page Facebook, ce fût le cas pour tous les volontaires. Le festival non-organisé est finalement devenu un « non-festival ».

Une manifestation réussie

Du coup, pour nous rattraper, nous avons décidé de nous rendre à la manifestation « TrumpNotWelcome » organisée ce mercredi 24 mai. C'est en nombre que les Belges de Flandres et de Wallonie sont venus manifester. D'horizons bien différents, les motivations et les revendications n'étaient pas toujours les mêmes et le message de la manifestation reste pour nous un peu flou. Certains refusent catégoriquement que Donald Trump, président élu démocratiquement, foule le sol belge. Ils s'opposent à sa venue en Europe, car ils estiment qu'il représente des idées complètement opposées aux valeurs européennes. D'autres, plus modérés ou réalistes, respectent le processus des élections américaines et son résultat mais espèrent que les politiques que Trump veut mener n'aboutiront jamais. C'est le cas de Rebecca qui a fait le choix de s'associer avec Amnesty International à l'occasion de la manifestation : « Ce qui se passe aux Etats-Unis nous concerne tous. Nous sommes contre la misogynie, le racisme et l'extrémisme. Je me suis alliée avec Amnesty car leur message est clair. Trump a été élu démocratiquement, il est donc normal qu'il vienne en Europe mais on se doit de continuer à s'opposer à ses idées et je pense qu'on peut encore faire changer les choses ». 

La foule était rassemblée pour défendre les valeurs que l'on partage en Europe. « Je suis ici pour défendre la paix »  nous confie Yasmine. « Et moi, pour défendre les droits de l'homme, des femmes, de la communauté LGBTQI, mais aussi de la liberté d'expression » complète son amie Fien. « Pour montrer aux Américains qu'il faut continuer à s'opposer à leur Président, à lui mettre des batons dans les roues pour qu'il ne puisse pas mettre en place les politiques qu'il désire, il n'est pas le bienvenu en Belgique » ajoute Marlène. Donald Trump donne beaucoup de raisons différentes pour manifester et on a retrouvé des défenseurs de toutes ces valeurs à la manifestation.

Bien sûr, la manifestation était aussi l'occasion pour de nombreux groupes politiques et associations de faire parler d'eux. On a croisé le Comac, Ecolo JAmnesty International, etc. Parmi eux, on a parlé avec des partisans de Greenpeace qui s'opposent bien entendu au discours climatosceptique tenu par le Président américain. Gilles et Michaël se sont rendus à la manifestation pour « montrer notre soutien aux autres associations environnementales. Mais aussi pour montrer que Donald Trump est une grande menace pour l'environnement. Aujourd'hui, il n'y a pas de place dans le monde pour nier le changement climatique ».

Finalement, la manifestation était l'occasion pour chacun de revendiquer ses propres convictions. Des droits de l'Homme, des femmes, de la communauté LGBTQI en passant par la liberté d'expression et le combat pour l'environnement jusqu'à des notions plus larges comme la paix. Tout le monde a pu s'exprimer sur un éventail de questions très étendu. Donald Trump a donc réussi une chose: rassembler tous les belges, de toutes les chapelles pour manifester contre lui.