Bruxelles

Tournez, jeunesse ! Un festival de films belgo-marocains

Article publié le 25 novembre 2014
Article publié le 25 novembre 2014

Du 26 au 28 novembre, le festival Tournez Jeunesse met en lumière plusieurs courts-métrages réalisés dans le cadre des 50 ans de l’immigration marocaine en Belgique.

Pour sa troisième édition, le festival Tournez Jeunesse diffuse à l’Espace MAGH une dizaine de courts et moyens métrages produits à l’occasion des célébrations des « 50 ans d’immigration marocaine – C’est du belge ! ».

Réalisés par des jeunes, des femmes et des adultes amateurs ainsi qu'avec le soutien de professionnels et d’associations, ces films apportent des points de vue originaux sur ce pan de l’Histoire souvent peu connu, y compris par les générations issues de l’immigration. En effet, comme on le voit dans le film Les Petites Maisons, la transmission des parcours ne s’est pas toujours faite de génération en génération. Beaucoup d’enfants ou de petits-enfants de travailleurs marocains et turcs arrivés dans les années 1970 en Belgique ne connaissent pas ou peu l’histoire de leurs parents ou grands-parents. 

« Soyez les bienvenus en Belgique »

Le court-métrage de fiction Bienvenue chez nous rappelle ainsi que c’est la Belgique qui a fait venir des travailleurs marocains dès 1974 afin de pallier au manque de main-d’œuvre de l’époque. On y voit une lettre intitulée « soyez les bienvenus en Belgique », dans laquelle on peut lire que « nous Belges, sommes heureux que vous veniez apporter à notre pays le concours de vos forces et de votre intelligence ». Une façon subtile de faire prendre conscience au spectateur que le discours sur l’immigration n’a pas toujours prôné le rejet de l’étranger ou la fermeture des frontières.

Venus sans leurs familles, les travailleurs marocains n’envisagent pas de s’installer en Belgique. Ils espèrent plutôt retourner chez eux une fois leur contrat terminé. Mais la Belgique décide de favoriser le regroupement familial, aussi bien pour rétablir le dynamisme démographique du pays que pour fixer les travailleurs en Wallonie, de peur qu’ils ne partent vers des régions plus attractives comme la Ruhr ou la Lorraine.

Un portrait humain des quartiers populaires 

Le documentaire Au fil du temps nous donne à voir la mutation d’un quartier originellement conçu pour accueillir ces travailleurs immigrés et leurs familles : le Bois-du-Lac

Ce ne sont plus des mineurs qui habitent les petites maisons construites en enfilade, mais leurs enfants devenus parents, ainsi que des familles monoparentales à faibles revenus. Face aux préjugés sur ce quartier perçu comme dangereux et mal famé, une association de mères élevant seules leurs enfants se crée et propose des activités culturelles. En suivant le parcours de ces femmes et en rencontrant les habitants du quartier, le film offre une nouvelle image du Bois-du-Lac, plus humaine et plus juste.

Pour en savoir plus sur l’immigration marocaine en Belgique, et pour découvrir d’autres courts-métrages réalisés par des amateurs et des associations, rendez-vous à l’Espace MAGH du 26 au 28 novembre ! Programme et réservations ici.