Bruxelles

Sacha, dessin à l'encre de seiche

Article publié le 27 mars 2015
Article publié le 27 mars 2015

Sacha Cambier nous vient de Liège, une eau qui se révèle décidément poissonneuse pour la pêche à l'artiste - bien que Sacha refuse pudiquement de se définir comme "artiste", préférant sur Facebook le modeste titre d'entertainer... alors, artiste ou amuseur ? A vous d'en juger !

Souvenez-vous : il y a un mois nous mettions le grappin sur Judey, un auteur de bande dessinée à l'humour aussi naïf que caustique. Son analogie de l'Union européenne avec le Mégazord des Power-Rangers a provoqué en chacun de nous, j'ose le croire, cette petite épiphanie que seuls les grands artistes savent susciter.

Aujourd'hui, c'est une tout autre espèce d'animal que nous avons trouvé dans nos filets, sorte de génie d'un autre genre. Un poisson des grands fonds, de ceux qui agitent fébrilement dans la pénombre leurs petits yeux luminescents... Mais trève de métaphore piscicole. Sorti tout écumant des abysses, voici Sacha, venu nous livrer en personne sa vision du monde, et de lui-même !

Et nous sommes tout émus de l'accueillir dans nos pages.

Salut Sacha ! Comme Judey, tu viens de la région de Liège. Mais tu as choisi de venir à Bruxelles pour intégrer l'académie de La Cambre. Quels furent tes premiers sentiments sur la vie à la capitale ?

Tu aimes travailler sur des thèmes d'actualité. Te souviens-tu du premier événement d'actualité qui t'as inspiré un dessin et pourquoi ?

Malgré ton jeune âge, on constate une belle maturité dans ton dessin, et de la curiosité pour explorer différentes techniques. Peux-tu retracer ton goût pour le dessin ? Quand as-tu su que c'est à ça que tu voulais te consacrer ?

Judey nous a déjà raconté sa vision de l'Europe version Power Rangers. Et toi, quelle est ta perception ?

Comment résumerais-tu en un dessin l'esprit de ton travail ?