Bruxelles

Rassemblement «SAVE ALEPPO»: l'inaction n'est plus une option 

Article publié le 7 octobre 2016
Article publié le 7 octobre 2016

Cafébabel Bruxelles était au rond-point Schuman ce mardi 4 octobre lors du rassemblement Save Aleppo, un événement organisé par Action Syrie. Plusieurs centaines de personnes ont manifesté leur soutien aux enfants d’Alep. 

Fin d’après-midi, 17 heures 15, les Eurocrates regardent par leur fenêtre en direction du rond-point Schuman : que se passe-t-il ? Action Syrie a convoqué une manifestation pour revendiquer les droits des civils syriens et soutenir la population de ce pays dévasté par la guerre et le terrorisme. Cet événement était surtout consacré aux enfants d’Alep et des autres villes syriennes touchées par les bombardements aériens.

Les manifestants, parmi lesquels des jeunes réfugiés syriens arrivés récemment en Belgique, ont lu des textes en arabe et en français condamnant le régime syrien et les alliés, notamment Poutine. Ils ont également chanté des chants revendicatifs et déposé des tissus blancs pour créer un linceul représentant les enfants morts à Alep ces derniers jours.

Les plus petits sont, sans doute, ceux qui souffrent le plus. Depuis cinq ans, ils sont les victimes des attaques brutales menées par leur propre Président et ses alliés, ainsi que par le groupe terroriste État islamique. Selon l’UNICEF, un enfant sur trois n’a connu que la guerre. De plus, environ 500 enfants auraient succombé dans les eaux de la Mer Méditerranée. Comme l'un des manifestants l’a dit, « ce que l'’on voit aux portes de l’Europe est un massacre ; il faut en finir avec cette tuerie et ne pas rester indifférents ».

Cette semaine, le Conseil Européen a accueilli une conférence internationale sur l’Afghanistan organisée conjointement par l’Union européenne et le gouvernement de ce pays. Cet événement a réuni 75 pays et 26 agences internationales. Action Syrie a profité de cette occasion pour organiser à son tour un rassemblement de soutien à la ville d’Alep et à ses citoyens.

La rédaction de cafébabel Bruxelles a voulu être présente et a eu le plaisir de rencontrer Benjamin Peltier, l’un des organisateurs de la manifestation.

Cafébabel : Pouvez-vous nous décrire Action Syrie? Quand est-ce que l'organisation a été créée et quel est votre objectif ?

BP : Action Syrie est un groupe de citoyens belges qui s’est formé en 2011 au début du soulèvement des Syriens. L’idée était de faire face au désintérêt assez partagé de la population face aux événements syriens, alors qu’on avait beaucoup suivi ce qui s’était passé en Tunisie ou en Egypte, par exemple. Du coup, nous nous sommes dit qu’il fallait informer les gens de la situation. C’est donc à ce moment-là qu’on a décidé de créer un groupe pour essayer de donner des informations sur le conflit syrien. Cependant, on s’est ensuite rendu compte qu’informer n’était pas suffisant et qu’il fallait aller plus loin et mobiliser les gens. Nous avons donc commencé à organiser des rassemblements de soutien.

Au départ, on croyait que cela allait durer un an. Cela fait déjà cinq ans que nous sommes là.

Cafébabel : Pourquoi avez-vous décidé d’organiser le rassemblement d'aujourd’hui ?

BP : Nous avons choisi cette date pour des raisons différentes, mais notamment parce qu’aujourd’hui se déroule le sommet international sur l’Afghanistan et John Kerry est à Bruxelles. Il y avait donc un côté symbolique. De plus, des actions se sont tenues partout en Europe et dans le monde entier durant tout le week-end. Nous n’avions pas le temps d’organiser quelque chose à ce moment-là, mais on voulait essayer d’avoir une date qui se rapprochait du week-end quand même afin de rester dans ce mouvement mondial.

Cafébabel : Etes-vous soutenu par d’autres organisations ?

BP : Oui, aujourd’hui nous avons été rejoints par beaucoup d’autres associations comme Amnesty InternationalSyrie: Un Visa, une Vie, le CETRI… Cela nous a permis de réunir plus de gens.

Cafébabel : Avez-vous d’autres activités de prévues ?

BP : Je n’ai pas de date précise à vous fournir, mais nous avons toute une série d’activités prévues pour l’année, notamment une projection du dernier documentaire de Netflix sur les White Helmets, les Syriens qui partent à la recherche des blessés sous les décombres après les bombardements aériens.

Cafébabel : Beaucoup de jeunes participent à vos activités. Est-ce qu’il y a des jeunes réfugiés syriens parmi vous ?

BP : Oui. Ceux présents aujourd’hui sont des Syriens qui sont arrivés au fur et à mesure en Belgique depuis cinq ans, et pour beaucoup d’entre eux, cette dernière année. C’est l'un des éléments qui ont permis de conscientiser davantage la population belge. Les Belges ont enfin rencontré des Syriens qui leur ont dit : “Oui, nous avons un problème chez nous et notre problème est principalement le régime qui nous tue depuis cinq ans”. L’arrivée de Syriens avec la vague migratoire de l’an dernier a vraiment contribué à la sensibilisation du public belge. On voit vraiment la différence.