Bruxelles

L’Europe, entre les îles de Cuivre et d’Abondance

Article publié le 24 décembre 2012
Article publié le 24 décembre 2012
Par Aris Kokkinos Avec la fin de l’année, la traditionnelle passation de présidence semestrielle est en cours au Conseil. A une île divisée, Chypre, succède une autre île divisée, l’Irlande. Et tous souhaitent que ces deux présidences aboutissent à une Union plus unie. Le destin de Chypre est indissociable des échanges commerciaux.
Dans l’antiquité, les Romains donnèrent au cuivre son nom -cuprum- d’après celui de l’île -Κύπρος- riche de ce métal. De nos jours, son corps diplomatique a fait de la présidence chypriote un succès.

«Our beloved Ithaca»

Le 14 décembre, en conférence de presse, le président de la Commission José Barroso a félicité Chypre pour son rôle dans le Mécanisme de Surveillance Unique. Si le contrôle des banques de la zone euro est en bonne voie, l’UE le doit aussi à la ténacité du ministre des Finances chypriote Vassos Shiarly. Le président du Conseil Herman Van Rompuy a souligné le rôle de la présidence chypriote dans l’adoption du système de brevet européen, marquant l’aboutissement d’une odyssée de quarante ans. «Même si on ne sait pas dans quelle île méditerranéenne vécut Homère, pour l’Europe, notre Ithaque bien aimée est Chypre», s’est enthousiasmé Van Rompuy. Interrogé sur ce qu’aurait été d’après lui la plus grande réussite de cette présidence, le président chypriote Demetris Christofias a répondu, en toute logique: « La présidence elle-même ». Ce n’était en effet pas évident, pour la petite île divisée, de mener de front cette présidence, tout en combattant la crise financière dont elle est doublement victime, par son propre secteur bancaire et par son exposition à la dette grecque. Fin de conférence. Les flashs crépitent. Instant fugace : Christofias et Van Rompuy se serrent dans les bras. Ce ne fut pas facile, mais ils ont réussi.

L’Irlande est le pays de sa déesse mère, la divinité celtique Ériu. La racine indo-européenne de son nom (piHwer: Abondance) évoque une terre riche de possibilités.

«Mark Zuckerberg was only nine years old»

Invité le 30 novembre par le European Policy Centre pour présenter les priorités de la présidence irlandaise, le représentant permanent Rory Montgomery a bien sûr évoqué l’union bancaire, d’un intérêt vital pour l’Irlande, mais il a aussi parlé du contrôle des données informatiques. Les règles européennes de protection des données datent de 1995. «Mark Zuckerberg n’avait que 9 ans», rappelle Montgomery. Selon lui un nouveau règlement imposera de nouvelles règles de protection des données, et s’appliquera à toutes les entreprises opérant dans l’UE, publiques ou privées, européennes ou non. Comme on le sait, l’Irlande abrite les sièges sociaux européens de nombreux sites web ultramarins. Autre volonté de Dublin, la reprise du dialogue avec la Turquie, Ankara ayant refusé de reconnaître la présidence chypriote du Conseil. L’économie était également le sujet principal de la conférence de presse de ce 17 décembre du Vice-Premier ministre irlandais Eamon Gilmore, qui a réaffirmé que les efforts pour relancer la croissance continueront ce premier semestre 2013. Enfin l’Irlande aura aussi en charge de préparer au nom de l’UE le prochain sommet du G8, les 17 et 18 juin, en… Irlande du Nord. Aux bords du Loch Eirne, le lac des Érnai, qui sont les Ἰούερνοι du géographe antique Ptolémée, autrement dit les Irlandais.

L’année prochaine, l’Irlande espère donc émerger enfin de la crise de la dette. Ádh mór agus ceithre seamair duilleog, bonne chance et trèfle à quatre feuilles, à elle et à toute l’Europe.