Bruxelles

La Croatie deviendra bientôt le 28ème État membre de l’UE

Article publié le 24 juin 2011
Article publié le 24 juin 2011
Par Joan Manuel Lanfranco Pari. Traduit par Charline Cauchie La Croatie a déposé sa demande d’adhésion en 2003. Le statut de candidat lui a été accordé par le Conseil européen en 2004 et les négociations ont été entamées en 2005.
Lors de ce dernier Sommet, l'UE a approuvé la recommandation de la Commission européenne de clôturer très bientôt les négociations d'adhésion afin que la Croatie puisse devenir le 28ème État membre de l’UE. Confirmation lors d’une conférence de presse officielle assez solennelle et historique donnée par le président du Conseil européen Herman Van Rompuy, le président de la Commission européenne José Manuel Barroso, le Premier ministre hongrois Viktor Orbán et la Premier ministre croate Jadranka Kosor.

Le Sommet a fixé un calendrier pour les prochaines années: les négociations doivent être clôturées d'ici à la fin juin 2011, un traité d'adhésion devrait être signé avant la fin décembre 2011 et, si tout se passe comme prévu, la Croatie pourrait devenir officiellement État membre de l'UE le 1er Juillet 2013. Comme d'habitude, les 27 États membres de l'UE doivent ratifier l'adhésion d'un nouveau pays, ce qui pourrait éventuellement retarder la date de l'adhésion définitive.

Mme Kosor ne pouvait pas cacher son enthousiasme au sujet de la décision prise par les dirigeants de l'UE. Elle l’a décrit comme «un moment historique » qui rend le gouvernement croate et sa population « très enthousiasmés par ce moment » et les rend conscients d'une prochaine "grande responsabilité". Ce résultat positif est «un succès pour la Commission européenne en particulier et pour l'UE en général" a-t-elle ajouté. La Premier ministre croate espère que son pays puisse servir d'exemple aux autres pays des Balkans occidentaux, la plupart d'entre eux étant désireux d'adhérer à l'UE dans un futur proche.

Les Conclusions du Sommet indiquent que « la Croatie doit poursuivre ses efforts de réforme avec la même vigueur, en particulier en ce qui concerne le pouvoir judiciaire et les droits fondamentaux, afin d'être en mesure d'assumer pleinement ses obligations à partir de la date d'adhésion» et que « une surveillance de ces efforts de réforme dès le moment de l’adhésion donnera l'assurance nécessaire à la Croatie et aux États membres ". En temps d’incertitude socio-économique, les dirigeants de l'UE veulent être sûrs que l'adhésion de la Croatie ne bouleversera pas le cadre institutionnel de l'UE ou l'acquis communautaire. Surtout, ces résultats positifs montrent que l'UE est toujours attirante, puisque plusieurs pays veulent y adhérer. Bientôt, l'UE parlera croate et pourra dire se déclarer tous "Ujedinjeni u raznolikosti» (Unis dans la diversité).