Bruxelles

Conchita Wurst au Parlement européen : un message de tolérance

Article publié le 8 octobre 2014
Article publié le 8 octobre 2014

L’artiste travesti devenu le symbole de la cause LGBT depuis sa victoire à l’Eurovision en mai dernier s’est rendu à Bruxelles. Invitée par Ulrike Lunacek, vice-présidente du Parlement européen, ainsi que par d’autres députés appartenant aux cinq principales familles politiques, Conchita Wurst a participé à une conférence de presse avant de se produire sur l’esplanade Solidarność à 13 heures. 

Conchita Wurst s’est rendue au Parlement européen pour affirmer une nouvelle fois son message d’amour, de respect et de tolérance, soulignant que celui-ci n’est pas à relier à une affiliation politique quelconque mais aux valeurs que promeut l’Union européenne en général. Interrogée à ce sujet, Terry Reintke, eurodéputée du groupe des Verts et membre de l’intergroupe LGBT, estime que « chaque jour devrait être une opportunité pour soutenir l’égalité des droits ».

La chanteuse autrichienne déclare que même si le chemin à parcourir est encore long, elle a pu noter quelques avancées, affirmant qu’elle n’est « pas naïve mais optimiste » et qu’elle a « un message pour tous ceux qui se sentent victimes de discrimination ». Elle admet que son statut d’artiste lui offre une plus grande marge de manœuvre pour faire passer son message : c’est d’ailleurs la raison pour laquelle elle ne s’imagine pas faire de la politique un jour.

Malgré la pluie, de nombreuses personnes se sont rendues au concert pendant leur pause déjeuner. Conchita a profité de l’occasion pour rappeler que l’Union européenne est un projet fondé sur l’acceptation de l’autre, l’ouverture d’esprit et la tolérance, le reliant ainsi à son propre combat pour une meilleure acceptation de la communauté LGBT. Elle a ensuite entamé quelques reprises puis le titre qui lui a permis de gagner l’Eurovision, « Rise like a phoenix ».

Le concert a suscité quelques controverses, liées notamment à son coût et à sa pertinence quant à la politique européenne, et certains députés européens ont ouvertement déclaré qu’ils ne se rendraient pas à l’événement. Lors de la conférence de presse, Ulrike Lunacek a pourtant déclaré que Conchita ne percevrait pas d’honoraires pour sa performance.

D’un point de vue politique, cet événement répond au rapport de cette même députée contre l’homophobie et les discriminations fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité du genre. Si ce texte a été adopté le 4 février dernier par le Parlement européen en séance plénière, il s’agit en fait d’une feuille de route non-contraignante adressant des recommandations à la Commission. Terry Reintke précise qu’il s’agit désormais de voir comment ce rapport peut motiver un changement de législation dans les différents États membres. En attendant, « la présence de Conchita en face du Parlement européen aujourd’hui était un tournant pour la défense de la diversité, du respect et de la démocratie ».