Berlin

Pourquoi les Allemands ne draguent pas

Article publié le 9 avril 2008
Article publié le 9 avril 2008
Je vis depuis un an en Allemagne. Pourtant les quelques mots injurieux imbibés d’alcool que j’ai reçus un soir sont à peu près la seule expérience qui aurait pu ressembler à une tentative d’approche. J’espère seulement qu’il ne s’agissait pas initialement d’une technique de drague.

Evidemment je serais prête à reconnaître que le problème vient de moi. En effet, je ne suis pas Angelina Jolie et je n’ai même pas de soutien-gorge rembourré. J’ai vraiment cru que c’était de ma faute. Jusqu’à ce que je me rende compte que je n’étais pas la seule à subir ce genre d’indifférence totale envers les charmes féminins.

Il apparaît même que, toutes les filles que je connais à Berlin souffrent du même désintérêt. Fiona qui habite depuis deux ans ici, n’était pas du tout surprise quand je lui ai fait part du fait qu’il était très difficile de rencontrer des hommes à Berlin : « C’est vrai – tu dois plus t’imposer – les Allemands ne font jamais le premier pas ». Carola m’a raconté qu’elle n’avait pas encore été dragué par un Allemand de toute sa vie : elle est Berlinoise. Les hommes ici ne tentent tout simplement pas de s’approcher.

Pourtant, encore une fois, je ne suis pas difficile. En effet, mes attentes se basent sur mes expériences avec la sympathiques mais vaine culture anglo-irlandaise. Là-bas, le flirt ressemble rarement à plus qu’un mouvement maladroit vers l’élue au bar suivi d’un bégaiement incompréhensible. A des heures tardives de la nuit, une agression alcoolisée sur cette même fille au milieu de la piste de danse peut aussi se produire.

Mes rencontres intimes ont été jusque-là rarement romantiques ou mémorables (le sommet a été : „J’aime la façon dont la brise souffle dans tes cheveux … nous étions à ce moment là dans le salon). Mais même ces paroles un peu niaises ou des gestes maladroits , si embarassants que l’on est effrayé, donnent malgré tout l’impression de savoir à qui on a à faire. En Allemand, cet homme à l’air sérieux qui reste assis là pourrait être passionément amoureux de toi et tu ne le sauras jamais.

Victime de Venustraphobie

Où est donc le problème ? Est-ce que les Allemands ne veulent pas draguer ? ou ne sont-ils tout simplement pas capables de le faire ? Un genre de problème génétique – du style les Blancs ne savent pas rapper et les Européens ne savent pas danser ? Est-ce que l’apparition de l’étalon italien et du charmeur français il y a de cela des siècles a causé l’évolution de l’espèce allemande vers la direction opposée ? Une décision de Mère nature pour établir un équilibre pour les femmes en Europe ?

La réputation de l’incapacité des Allemands à draguer, et les anecdotes qui s’y rapportent, sont connues dans le monde entier. Les nombreuses « Flirt Schulen » et autres cours de drague situés en Allemagne ne feraient pas long feu dans les pays méditerrannéens. Un rapport du Times Online compare les habitudes de drague dans différentes cultures . La conclusion était que les Allemands « voient la conquête d’une femme comme un sport extrême ». Il est clair que les Allemands ne s’intéressent pas trop à la prise de risque. Selon l’auteur de l’article, ils sont même victimes de « Venustraphobie » : la peur de parler aux belles femmes. Beaucoup pensent que cette crainte vient de l’émancipation massive de la gente féminine, qui aurait donc endossé le rôle du prédateur dans le jeu sexuel du chat et de la souris.

Draguer à l’allemande

Ne serait-ce pas simplement le fait que les Allemands se comportent selon les règles que dicte la société ? Les Allemandes, dit-on, attendent des hommes de la retenue. Spiegel Online avait publié avant la Coupe du Monde de football en Allemagne en 2006 quelques conseils de drague pour les fans étrangers pour pouvoir réussir auprès des Allemandes . Selon l’article, les potentiels ambitieux devraient être prudents car même un simple « Hallo » serait trop direct. Dire « Hallo » ! Sommes-nous encore au 19e siècle ?

La station de radio Deutsche Welle, qui donne aussi des conseils aux étudiants du monde entier dans le domaine de la drague, appelle aussi à la prudence . En effet un « contact oculaire et un comportement correct » devrait rencontrer plus de succès qu’une « attitude exagérée de macho ». Il semble donc que la définition de la drague en allemande reste réduite à une rigidité impassible et dénuée de sentiment.

Pourquoi finalement les hommes ne draguent-ils pas ? Il s’agit, en partie, de s’adapter à certains standards : se faire siffler en tant que femme lorsqu’on se promène sur Unter den Linden serait sûrement exagéré. Mais je ne peux pas m’imagine que n’importe quelle Allemande aurait une raison valable pour être vexée en cas de tentative d’approche par un inconnu – il ne s’agit là que d’une excuse.

Il s’agirait plutôt du fait que les hommes ont peur du ridicule et c’est exactement le risque de la drague. Les Allemands n’aiment pas le risque. Ils aiment faire les choses de manière consciencieuse, et non pas spontanée ou irrationelle. Oubliez les explications pseudo-génétiques ou culturelles. Les Allemands n’aiment tout simplement pas les sports à risque.

Malgré tout, tout en écrivant, je me rends compte que moi non plus je n’ai jamais eu d’attirance pour cette poussée d’adrénaline. Il serait peut-être temps que je prenne part à ces cours de drague ?

*Tous les noms ont été changés.