Barcelone

La Malédiction française du Barça

Article publié le 27 août 2008
Article publié le 27 août 2008
Le FC Barcelone débutera la saison de football 2008-2009 avec deux joueurs français dans ses rangs, Thierry Henry et Eric Abidal. L’occasion de revenir sur une donnée curieuse : aucun joueur de l’hexagone n’a réussi à s’imposer durablement au sein du club catalan. On a la fierté que l’on peut.
Alors que des pays comme l’Espagne, l’Angleterre ou l’Italie s’enorgueillissent de leurs clubs au palmarès surchargé, la France ne compte qu’une Ligue des Champions, gagnée avec Marseille, en 1993. Ce qui fait, en comptant bien, deux fois moins que celles de Nottingham Forest, vainqueur en 1979 et 1980, et qui milite actuellement en deuxième division anglaise. Cependant, s’il y a une chose dont la France est fière, c’est le fait que le joueur français s’exporte très bien : les meilleurs clubs d’Europe ont eu dans leurs rangs un ou plusieurs joueurs français qui ont marqué leur histoire. Eric Cantona à Manchester, Thierry Henry et Patrick Vieira à Arsenal, Zinedine Zidane à Turin puis Madrid : les exemples ne manquent pas. Et le Barça ? C’est l’exception, le mystère, la malédiction : en gros, rien, le désert. En effet, dans un club plutôt marqué par l’apport des Brésiliens ou des Hollandais, les Bleus ont été au mieux discrets, au pire catastrophiques.

Les échecs

Ce sont les plus nombreux. N’importe quel culé a un sourire amer aux lèvres à l’évocation de ces noms : les bourdes du gardien Richard Dutruel, Philippe Christanval conspué par le Camp Nou, le fantomatique Frédéric Déhu, et enfin le décevant Christophe Dugarry, pourtant champion du Monde et d’Europe sous la tunique bleue. Erreur de casting, joueur surévalué ou sous-utilisé : les explications de manquent pas.

Les déceptions

Les joueurs prestigieux ont eux aussi échoué dans la Ciutat Condal : sans démériter, Laurent Blanc n’a pas eu l’apport escompté, et n’est resté que la saison 1996-1997 au club. Même chose pour Emmanuel Petit, indiscutable en Angleterre, et qui se retrouva arrière gauche dans le schéma de Van Gaal en 2000-2001. Quant à Lilian Thuram, arrivé en fin de carrière en 2006, il n’a été que l’ombre du superbe défenseur qu’il était en Italie.

Une exception et des espoirs

Dans ce palmarès à l’envers, seul Ludovic Giuly parvient à se sauver. Le petit attaquant rappelle fréquemment qu’il est en effet le seul Français titré (deux ligas et une Champions League) avec le FC Barcelone. Sans avoir eu le statut de crack indiscutable de Ronaldinho ou Messi, il a laissé un bon souvenir dans la capitale catalane. Et l’avenir ? Deux joueurs français sont encore au club. Deux joueurs qui ont déçu pour leur première année en Espagne, mais qui peuvent se rattraper. Tout d’abord Eric Abidal, qui a souffert du manque de préparation physique de la saison dernière, mais qui semble plus à l’aise avec le nouvel entraineur. Et surtout Thierry Henry, joueur emblématique des années 2000, qui n’a pas été pour le moment à la hauteur de sa réputation. A l’orée d’une nouvelle saison, le tout nouveau capitaine de l’équipe de France a une deuxième chance de rompre le maléfice des Français du Barça.

Nicolas GRIMALDI

Fotografia: Chantrybee (flickr.com)