Zapatero 2.0 (et 2)

Article publié le 28 avril 2008
Article publié le 28 avril 2008
Après la victoire inattendue dans le cadre des élections internes au Secrétariat Général du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) en 2000, José Luis Rodríguez Zapatero a pris les rênes d’un parti en pleine régression. __Ce moment là, personne ne voyait rien extraordinaire d'une figure politique encore à construire. Zapatero était encore moins connu dans les pays étrangers.

8 ans après, Zapatero non seulement a confirmé son autorité à l’intérieur du parti mais encore il a gagné deux fois de suite les élections espagnoles. Actuellement, il est à la fois la grande référence du socialisme espagnol et l’européen. Il faut seulement observer l’état du parti socialiste dans des pays comme la France, avec le PSF en pleine phase dépressive postsegolène, l’Italie, où le Yes we can de Veltroni, est devenu Berlusconi cans again, l’Allemagne, où le Linkspartei grappille dixième par dixième des points d’intention de vote au SPD, ou le Royaume Unit, où Gordon Brown ne réussit pas à renouveler le libéralisme social de Blair.

En face à l’évidence de sa perte d’influence, le socialisme démocratique européen doit renouveler d’urgence son discours. Mais vers quelle direction ? Vers le libéralisme social efficace de la Troisième Voie ou vers une accentuation d’une social-démocratie qui donne une réponse social et égalitaire au capitaliste global ?

Beaucoup de partis socialistes européens voient dans le succès de Zapatero un exemple à suivre. Cependant, les conseils de modernisation de la société et le développement des libertés des gens (égalité de genre, mariage homosexuel) que propose le gouvernement socialiste espagnol ne peuvent pas se considérer comme un modèle tout à fait applicable dans sociétés comme la française ou l’allemande, celles-ci beaucoup plus préoccupes pour les fonctionnement de l’État-providence que la société espagnole.

Traduction: Nuria Hernandez Crédits de la photo: Guillaume Paumier