W. Ischinger propose un “statut neutre”

Article publié le 21 novembre 2007
Publié par la communauté
Article publié le 21 novembre 2007
Wolfgang Ischinger, médiateur européen de la troïka américano-russo-européenne pour le règlement du futur statut du Kosovo, propose un « statut neutre » pour les prochains pourparlers du 20 novembre à Bruxelles entre Belgrade et Pristina.
Pour une fois, Pristina et Belgrade sont d’accord : les deux parties rejettent d’emblée la proposition, cependant pas pour les mêmes raisons, chacun défendant sa conception de la province Serbe peuplée majoritairement d’Albanais.

Selon les agences, W. Ischinger a déclaré que l’objectif de cette proposition c’est la normalisation des relations entre Pristina et Belgrade et que le possible règlement « ne contiendra aucun mot sur le statut ». « Un accord sur un statut neutre sera une proposition afin de créer des relations indépendamment de ce que peut être la détermination du statut du Kosovo. Aujourd’hui il n’existe aucune relation entre la Serbie et le Kosovo, ni aucune tentative pour une quelconque collaboration » a souligné le diplomate allemand.

Il a expliqué que ce sera un accord de collaboration portant sur l’économie, le commerce et la lutte contre la criminalité. L’accord définira des obligations pour le Kosovo, comme par exemple, consulter la Serbie sur les questions des minorités et des frontières, ce qui selon le médiateur européen: « est dans l’intérêt des deux parties. »

Cette proposition marque un tournant dans le rôle de la troïka qui passe de médiateur à acteur en avançant une proposition sur le statut du Kosovo, précise la porte-parole de Javier Solana, Cristina Gallach, dans le quotidien albanophone Koha ditore.

Aleksandar Bocan-Harčenko, le médiateur russe a précisé aussitôt après la déclaration de W. Ischinger que la troïka réfléchit à tout un ensemble de variantes et de proposition afin de stimuler les deux parties lors de la prochaine réunion du 20 novembre dans Blic Online, quotidien serbe. Et, ajoute-t-il « que pour cela ce n’est pas bon d’en évoquer une plutôt qu’une autre »

Néanmoins, un jour auparavant, le 14 novembre, l’agence russe RIA Novosti, rapportait que selon le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, la "troïka" du Groupe de contact pour le Kosovo a élaboré une bonne base pour les négociations sur le statut de la province, tout en précisant qu'il fallait "éviter de prédéterminer le résultat des négociations et de fixer une date butoir".

Le vice secrétaire pour les questions politiques du département d’Etat Américain, Nicolas Berns a réitéré son soutien à une « indépendance supervisée » si les deux parties n’arrivent pas à un accord le 10 décembre (date à laquelle la troïka doit remettre son rapport au secrétaire générale des Nations Unies, Ban Ki Moon) et a mis en garde la Serbie contre tout usage de la violence.

Une position étonnante alors que cela fait maintenant plusieurs semaines que le gouvernement de la Serbie pro-européen clame haut et fort qu’en cas de proclamation unilatérale d’indépendance de la partie albanaise, aucune armée serbe ne se déploiera au Kosovo, ainsi la Serbie a fait le choix de la non-violence et projette de mettre en place des institutions parallèles.

Snejana Jovanovic  Kosovo.over-blog.net