Vous avez bien dit « antécrise » ?

Article publié le 26 octobre 2012
Article publié le 26 octobre 2012
Par Jan Nils Schubert Taper un coup dans la fourmilière qu’est la crise. Enfin, pas de la crise en soi, mais bien le discours rigoriste et fataliste qui l’accompagne. Tel est le défi ambitieux qu’ont tenté de relever les organisateurs du Festival des libertés, qui se tient actuellement au Théâtre national de Bruxelles.

Discours de crise, crispation et «antécrise»

C’est à travers un programme hétéroclite, mêlant concerts, débats, théâtre et cinéma, que l’association «Bruxelles laïque» cherche à conduire le public dans une réflexion globale autour du thème de «l’antécrise». Clin d’œil à l’œuvre de Nietzsche, rappel que la destruction du personnage eschatologique mène à la rédemption, l’édition 2012 du Festival des libertés s’appuie sur plusieurs constats.

Premier constat : le discours actuel véhiculé notamment par les «mainstream» médias et de façon informelle par «les discussions entre copains» est contre-productif. La crispation générale ne mène qu’à une perpétuation des méthodes qui ont prouvés leur inefficacité dans le passé, effet placébo de courte durée.

Second constat : la victimisation face à une situation quasi-apocalyptique et dont on n’est pas responsable – pas activement du moins – est tout aussi inutile. Et à Coluche de répondre : «Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça.»

Sortir de la mentalité de la crise, un défi et un échec

Une impasse donc ? Un cercle vicieux qu’on ne peut combattre ? Que nenni ! Mais bien une nécessité : celle de changer de lunettes de vue et de voir la crise comme un moment de «tension créatrice» et de penser un système nouveau. Alors que le site du festival invite « à prendre le risque de la nouveauté », c’est une réelle volonté de s’élever au dessus du discours actuel, qui est exprimée tant au cours de l’évènement, que dans la thématique de «l’antécrise» au centre du festival.

La démarche est courageuse, la réalisation semble plus difficile. Ainsi, pour le forum animé par Cédric Tolley, autour du «sans papier complexé», avec pour problématique centrale la volonté de trouver des solutions pratiques pour briser la solitude et la peur dans les relations avec les sans-papiers. Une fois la parole ouverte, le public a fait place à un réel défilé de témoignages, de coups de gueules et d’envolées politiques, entrecoupés par des essais à de recentrages inefficaces du modérateur.

Un échec avoué donc qui pose la question de la difficulté d’innovation autour d’un sujet dont les angles d’attaques et les grands axes ressemblent à des chemins battus par des années de passage discursif. Ce qui est certain, c’est que mon voisin de chaise pour ce débat, depuis trois ans sans-papiers à Bruxelles, rentrera sans avoir rien appris de nouveau, la déception cachée par un sourire.