Volcan islandais : bilan sur la politique climatique mondiale

Article publié le 19 avril 2010
Article publié le 19 avril 2010
Quand le volcan Eyjafjöll est entré en éruption le 15 avril dernier, il a cloué au sol les vols de l’espace aérien européen, amenant des théories du complot : cela devait réduire les émissions de gaz à effet de serre et refroidir la planète. Le babelblog d’Athènes s’interroge sur les priorités.

Si les nations devaient échouer dans leur combat contre les changements climatiques, seuls des miroirs géants placés dans l’espace, des arbres artificiels ou autres solutions de « géo-ingénierie » pourront encore empêcher un échauffement désastreux de la planète. C’est le cri d’alarme lancé par des chercheurs après la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, qui se tenait à Copenhague en décembre 2009. En acceptant le prix Nobel de la Paix, le président des Etats-Unis Barack Obama, prédisait des conséquences terribles si le monde ne faisait rien pour contrecarrer l’augmentation d’émissions de gaz carboniques. Il représente pourtant le seul pays développé à ne pas participer au protocole de Kyoto visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre, un pays qui se classe deuxième en terme d’émissions, juste après la Chine.

« Nous avons besoin d’un traité qui survive aux récessions, aux élections et aux catastrophes naturelles »

A moins de réduire la pollution de manière drastique d’ici 2020, ce qui coûtera à chaque être humain sur la planète jusqu’à £150 par an (170 €), nous n’avons virtuellement aucune chance de limiter la hausse de la température à 2°C. « Nous avons besoin d’un traité qui survive aux récessions, aux élections et aux catastrophes naturelles, pas d’un bout de papier qui sera oublié après le prochain renversement politique à Londres, Tokyo ou Washington », clame Kim Cartensen, directeur du WWF Global Climate Initiative. A l’heure où nous attendons que le nuage de cendres dû à l’éruption volcanique se dépose, reste à savoir qui va payer quoi, et comment.

Lire l’article entier, "an erupted volcano on clockworth earth", sur le babelblog d’Athènes « frappebabel »

Photo : ©Difusa/ Flickr