Viviane Reding : « la France est un exemple d'égalité hommes-femmes »

Article publié le 22 avril 2014
Article publié le 22 avril 2014

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Rencontre avec la vice-présidente de la Commission européenne et commissaire à la justice, aux droits fondamentaux et à la citoyenneté à Paris lors de l'inauguration de la plateforme « Pour une Europe des droits des femmes » . Également présentes : la maire de Paris, Anne Hidalgo, et trois lauréates du Prix Nobel de la Paix. En quelques mots, voici la situation sur les droits des femmes en Europe.

ca­fé­ba­bel : Pour­quoi est-il en­core im­por­tant au­jour­d'hui de par­ler des droits des femmes en Eu­rope ?

Vi­viane Re­ding : Je re­grette qu'il n'existe au­cune éga­lité entre les hommes et les femmes en Eu­rope. Nous vou­lons pous­ser les en­tre­prises à in­tro­duire un quota de 40 % de femmes. Lorsque ce chiffre sera at­teint à l'ave­nir, j'es­père que nous n'au­rons plus be­soin de quo­tas et que le pla­fond de verre sera brisé.

ca­fé­ba­bel : Parmi les ti­tu­laires d'un di­plôme uni­ver­si­taire, 60 % sont des femmes, soit plus de la ma­jo­rité ac­tuel­le­ment. Mais elles sont au final moins bien payées que les hommes. Pour quelles rai­sons ?

Vi­viane Re­ding : Les femmes de­viennent mères de fa­mille et sont par consé­quent sou­vent désa­van­ta­gées. De plus, elles ne dis­posent pas vrai­ment de ré­seaux, que les hommes cultivent vo­lon­tiers. Enfin, ce qui fait par­fois éga­le­ment dé­faut aux femmes, c'est un manque de confiance en soi né­ces­saire.

CB : Quel pays se­rait un très bon exemple d'éga­lité entre les hommes et les femmes ?

VR : La France, avec ses gar­de­ries, est un bon exemple. À l'in­verse, l'Al­le­magne est un mau­vais exemple, car un tel sys­tème n'existe pas là-bas. 

CB : Pour moi qui suis al­le­mand, pour quel parti de­vrais-je voter afin d'amé­lio­rer les droits des femmes ?

VR : Étant donné mon poste, c'est une ques­tion à la­quelle je ne peux mal­heu­reu­se­ment pas ré­pondre di­rec­te­ment. Vous de­vriez poser cette ques­tion aux can­di­dats.