Vive la mondialisation!

Article publié le 11 mars 2008
Article publié le 11 mars 2008
Le Babé-lien du lundi La micro-finance représente aujourd’hui près de 10 000 institutions dans le monde.
Considérée comme un « outil majeur de développement » par l’Organisation des Nations Unies, la pratique du micro-crédit s’est étendue progressivement ces dernières années à tous les pays du monde, y compris les plus développés (voir notamment les sites de l’Association pour le droit à l’initiative économique et du Réseau européen de microfinance). Véritable précurseur, Muhammad Yunus, fondateur de la Grameen Bank (3 millards d’euros prêtés à 2,4 million d’emprunteurs depuis sa fondation en 1976) et considéré comme le « banquier des pauvres », a reçu en 2006 le Prix Nobel de la Paix.

Dans ce domaine de la micro-finance, une nouvelle pratique se développe depuis deux ans : le prêt de particulier à particulier. Dans cette perspective, le site de l’ONG Kiva prend une place de plus en plus importante. Crée en 2005, le site de Kiva souhaite donner une nouvelle orientation au micro-crédit : ici, le prêteur choisit l’entrepreneur qu’il veut aider parmi ceux qui figurent sur le site. Il décide ensuite de la somme qu’il lui accorde et le prêt s’effectue via le système pay-pal. Kiva travaille avec des organisations de micro-crédit et des correspondants locaux qui se chargent de trouver les entrepreneurs puis de leur remettre l’argent envoyé par les internautes. Le taux de remboursement est proche des 100%.

Prêter sur Kiva n’est pas un investissement puisque les prêteurs récupèrent au mieux le montant le montant de leur prêt.

Si des sites comme Kiva.org ou Zopa.com, précurseur du social lending, ne vont évidemment pas changer la face du monde, ces initiatives incitent à ne pas sombrer dans la fatalité d’une mondialisation génératrice de pauvreté et d’inégalités

Visiter le site de Kiva: www.kiva.org

(Crédit Photo: flickr/TW Collins)