"Vitya, ciao!" 

Article publié le 16 décembre 2014
Article publié le 16 décembre 2014

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Café Babel Florence vous raconte MaidanMemoriaOculta et Escort, les films vainqueurs du 55ème Festival dei Popoli, célèbre festival florentin consacré aux films documentaires.

Le Festival dei Popoli est un festival international consacré aux films documentaires, organisé par une assocation à but non-lucratif, qui se déroule depuis 50 ans à Florence. Le 28 novembre dernier a commencé la 55ème édition du festival qui, comme chaque année, a attiré de nombreux participants venus du monde entier, confirmant ainsi sa stature internationale.

En plus des projections cinématographiques qui se sont déroulées dans deux cinémas toscanais (Odeon et Spazio Alfieri), le Festival dei Popoli a également accueili des débats, des workshop et des rencontres avec les réalisateurs de certains films présentés lors de cette 55ème édition dans le cadre du programme Doc at Work - How I Did It. Parmi les nombreux workshop qui se sont tenus, celui du réalisateur Joes de Putter, réalisateur danois, intitulé « Vérité et fiction documentaire » a été particulièrement intéressant. 

21 documentaires inédits en Italie, sur des thématiques très diverses tel que l'art, la politique, l'actualité ou la famille, ont participé au concours international. D'autres films ont été présenté au Festival dans d'autres sélections telles que SUI GENERI(S) et Realityismore.

La remise des prix s'est déroulé le 5 décembre dernier au cinéma Spazio AlfieriCafé Babel Florence y était. Escort de Guido Hendrikx, réalisateur néerlandais, a gagné le Prix du court-métrage. Memoria Oculta d'Eva Villasenor, réalisatrice mexicaine, a gagné le Prix du moyen-métrageMaidan de Sergei Loznitsa, réalisateur ukraino-néerlandais, a lui gagné le Prix du long-métrage. Retour sur chacun de ces vainqueurs. 

Escort révèle une réalité terrifiante : en trois semaines un citoyen ordinaire peut devenir un agent chargé du rapatriement forcé des immigrés à qui l'on a refusé l'asile politique. Le documentaire adopte le point de vue des futurs agents qui veulent apprendre à s'acquitter correctement de leur tâche, en nous montrant encore une fois que le mal peut devenir monnaie courante. Il suffit simplement de ne pas se poser trop de questions sur le rôle que l'on joue dans la société.

Escort nous montre comment l'assurance d'être dans le « juste », d'être de simples citoyens qui vérifient si la loi est bien respectée, peut supprimer tout questionnement, tout doute sur le bien-fondé de notre action et la « justice » qu'il y a véritablement à faire ce que nous faisons. Les conséquences extrêmes de la peur classique de la « perte d'identité » face à l'immigration nous est raconté ici froidement et très lucidement par le réalisateur néerlandais.

Memoria Oculta est l'histoire d'une femme qui, ayant perdu la mémoire, essaye de reconstruire ses souvenirs à travers les histoires de trois de ses proches - sa mère, son frère et une amie. Un processus de reconstruction qui devient peu à peu un processus de création. 

La perte de la mémoire est un thème souvent traité au cinéma. La possibilité que nous perdions tout nos souvenirs, et en même temps une part entière de notre personnalité, nous fascine autant qu'elle nous effraie. D'un autre côté, reconstruire dans notre esprit tout ce qui nous est arrivé dans notre vie comme si c'était la première fois que l'on en avait conscience nous permet de voir notre vie sous un autre point de vue, et de révéler éventuellement des significations auxquelles nous n'avions jamais pensé auparavant. Le style onirique du documentaire d'Eva Villasenor enivre le spectateur du début à la fin de la projection.

Maidan, ça ne vous l'aura pas échapper, est le nom d'une place du centre de Kiev d'où a commencé l'une des plus grandes manifestation de ce début de siècle. La décision du régime pro-russe de Ianoukovitch de rejeter les accords avec l'Union européenne avait largement divisé la population, et plus particulièrement effrayé ceux qui craignaient le spectre d'une Russie menaçant l'indépendance et l'intégrité territoriale de l'Ukraine. 

Le documentaire de Loznitsa raconte avec beaucoup de talent comment se sont déroulés les évènements d'Euromaïdan en Ukraine, en montrant notamment la place, théatre des affrontements, où l'on chantait l'hymne nationale mais aussi  la version revisitée de Bella Ciao, chanson italienne de résistance, en remplacant le nom de l'envahisseur par Poutine. La place Maidan est à la fois le décor et le symbole d'une révolution d'un peuple d'Europe de l'Est, longtemps opprimé et qui lutte désormais pour son indépendance. 

Choisir seulement trois vainqueurs, vu le haut niveau de cette 55ème édition, n'a pas dû être tâche facile, mais nous sommes d'accord pour souligner la grande réussite de ces trois lauréats. Il ne nous reste plus qu'à attendre la prochaine édition du Festival dei Popoli que nous n'allons certainement pas manquer de suivre.