Vienne : le magasin qui ne s'emballe pas

Article publié le 19 novembre 2014
Article publié le 19 novembre 2014

Lunzers Maß-Greißlerei, le premier magasin sans emballages d’Autriche, a aussi bien séduit les jeunes gens à la recherche d’un mode de consommation plus sain et plus durable, que les personnes plus âgées qui se souviennent encore de ces magasins du temps de leur enfance.

Lunzers Maß-Greißlerei (« L’épicerie sur mesure de Lunzer », en allemand autrichien) ressemble à une bonne vieille épicerie de campagne avec ses meubles en bois foncé, ses cageots de fruits et légumes et autres récipients à l’étalage. Les céréales, le riz et les pâtes sont stockés en vrac dans des bacs en plastique, les diverses huiles dans des bidons en métal. Aucun emballage en plastique ou slogan publicitaire ne vient gâcher le design aux lignes pures de cette pièce spacieuse. Les clients y viennent à leur propre rythme sans se sentir pressés par une playlist criarde ou submergés par un étalage démesuré de marchandises industrielles. Les produits proposés ici, bien que leur quantité soit réduite, sont frais, bio et… sans emballages. Ce magasin un peu spécial n’offre que de la nourriture en vrac et demande à ses clients d'amener leurs propres récipients.

La règle de la maison est simple : faites votre choix, pesez, payez.

Lunzers Maß-Greißlerei a beaucoup attiré l’attention en Autriche depuis son lancement à Leopoldstadt, le deuxième arrondissement branché de Vienne, en avril 2014. Le magasin s’est vu attribué le Prix de l’Environnement de la Ville de Vienne 2014, et ce même avant sont ouverture. D’après Elmar Schwarzlmüller, consultant en gestion des déchets de l’ONG viennoise Umweltberatung, le magasin est une « excellente solution » pour la réduction des déchets. « Nous [les Autrichiens]  faisons partie des meilleurs lorsqu’il s’agit de collecter et recycler les déchets. Nous sommes doués pour nous occuper des déchets mais pas pour les éviter. » D’après une étude d’Eurostat de 2012, l’Autriche est l’un des producteurs de déchets les plus importants d’Europe avec 552 kilogrammes de déchets municipaux par habitant, dont 62% sont recyclés. Au lieu de « produire plus de déchets et essayer de rendre cela respectueux de l’environnement », le consultant favorise les emballages réutilisables et encourage les gens à « acheter des produits qui ne sont pas emballés dans un emballage superflu, faire leurs courses sur les marchés et commander des Biokistle » (paniers composés de produits locaux et bios qui peuvent être commandés en ligne et livrés à domicile).

La dulcinée

Lunzers Maß-Greißlerei est l’aboutissement de la longue lutte d’Andrea Lunzer pour la réduction des déchets d’emballages. Étant née et ayant grandi dans une ferme bio dans le Burgenland, une région de plaine ensoleillée située dans le Sud-Est de l’Autriche, Mme Lunzer commença a travailler dans le commerce bio alors qu’elle étudiait les énergies renouvelables et le développement durable à l’Université de Vienne. Son mentor et professeur, à qui elle doit « tout ce qu’elle sait du commerce durable », était Werner Lampert, un homme dont l’apparence est un curieux mélange entre la gaité du père noël et la grandeur de Karl Marx. Ce défenseur de l’agriculture biologique est le fondateur de Ja! Natürlich (Oui ! Naturellement), une marque de nourriture bio de la chaine de supermarchés Billa, et Zurück zum Ursprung (Retour aux sources), une autre marque bio qui fournit à ses clients une transparence complète quant au processus de production et à l’origine des produits.

Aujourd’hui, Andrea Lunzer admet que de nombreuses discussions avec les clients de Zurück zum Ursprung à propos du manque d’emballages durables l’ont poussée à revoir ses priorités et à monter une nouvelle entreprise. Convaincue que ses capacités et ses connaissances en développement durable pouvait « produire un plus grand effet » et « vraiment faire une différence » en matière de réduction des déchets, elle se tourna vers un cabinet de conseil environnemental. L’aventure fut de courte durée et la laissa désabusée. « J’ai rapidement découvert que ces entreprises n’étaient intéressés que par l’écoblanchiment. Ils n’avaient pour objectif que de petits changements avec peu d’efforts financiers en échange de ces petits drapeaux verts qu’ils peuvent épingler sur leurs sites internet. »

Rome ne s’est pas bâtie en un jour

Au final, Andrea Lunzer décida d’ouvrir une épicerie bio et sans emballages, en prenant exemple sur le magasin  Unpackaged de Londres. Elle est convaincue que contrairement aux grandes entreprises, les clients ont réellement envie de vivre de manière durable et de contribuer de façon effective à la réduction des déchets. Le succès que rencontre son magasin semble confirmer son intuition. Aujourd’hui, Lunzers Maß-Greißlerei offre pas loin de 400 produits bio et régionaux allant des fruits et légumes de saison aux confitures et cornichons faits maison, en passant par les produits laitiers et détergents biologiques. Le magasin dispose aussi de son petit café offrant de la nourriture solide et du très bon café. De petites brochures, le Zettelwirtschaften, avec des conseils de conservation des aliments et quelques recettes sont accrochées au mur du café.

Avec Lunzers Maß-Greißlerei, Andrea Lunzer s’est lancée dans une longue et solide aventure dans le monde de la durabilité et de la transparence. Le voyage nécessitera peut-être encore quelques années de plus avant que le magasin ne devienne complètement opérationnel et approvisionné de manière satisfaisante, mais le jeu en vaut la chandelle. Certains arrondissements viennois et d’autres villes autrichiennes ont déjà exprimé leur intérêt à accueillir l’entreprise de Mme Lunzer. Bien que ce ne soit peut-être pas suffisant pour changer la manière de fonctionner des supermarchés traditionnels, ce magasin servira peut-être de source d’inspiration et de modèle pour une consommation durable.

En savoir plus sur le magasin (en allemand) :

Le site internet du magasin

La page facebook de Lunzers Maß-Greißlerei

Découvrez d’autres magasins sans emballages en Europe :

La Recharge à Bordeaux

Unverpackt en Allemagne

Effecorta en Italie

Granel shops en Espagne

N.B. La boutique de Catherine Conway Unpackaged a fermé ses portes en 2013.