Victoire d’Obama : grands soirs et petits matins ?

Article publié le 5 novembre 2008
Article publié le 5 novembre 2008
On fait tous des rêves. Du saut du lit à l’utopie, les blogueurs européens discutent de l’élection d’un homme noir à la tête de la première puissance mondiale. Aujourd’hui, Obama est président. Mais que va-t-il se passer demain ?

Espagne : le parti socialiste ne cache pas sa joie

En Espagne, sur Internet, la couleur d’Obama fait beaucoup écrire les blogueurs. Dans Políticamente Incorrecto.es (Politiquement incorrect) le journaliste J.O. Noville lance le débat : le décès de la « blanche, très blanche » grand-mère d’Obama aurait-il avantagé le candidat démocrate ? A part ces questions marketing, les blogueurs hispaniques font part de leur joie. On peut souligner le site du PSOE (Parti Socialiste Espagnol) où la photo d´Obama occupe une place de choix avec une légende sous forme de devise « le changement est déjà une réalité »

Allemagne : Homer Simpson vote pour Obama 

En Allemagne le Transatlantikblog T.A.B. a couvert chaque pas du président Obama pendant la nuit électorale. Une avalanche de chiffres, des photos de fête, un post sur les étudiants de Penn State University, levés (exceptionnellement) à 7 h du matin, pour aller voter et puis le soulagement : « Ce jour historique restera dans la mémoire des gens pendant très longtemps. » Homer Simpson, lui aussi, a voté pour Obama, raconte le blog datenwachschutz.de. Selon godelta.de, 5 % des origines d’Obama (du côté de sa maman) viendraient même de la région allemande de Rhénanie-Palatinat. Sa première visite officielle est attendue dans la région, aux côtés de Kurt Beck : « Ich bin ein Pfälzer ! » (Je suis un Palatinien!)

Pologne : soutenir Obama, c’est être un « européen libéral »

Les Polonais sont très contents de la victoire d’Obama, bien que beaucoup d’entre eux n’en reviennent pas. Car ici, on avait beaucoup parlé de l’effet Bradley. Obama est considéré comme un président qui va changer profondément les Etats-Unis et améliorer les relations de ce pays avec la Pologne. Quant à Mc Cain, les blogueurs croient que sa défaite est une suite d’erreurs fatidiques : comme le choix de Palin, l’intervention de Cheney dans sa campagne et le fait qu’il n’ait pas éliminé Obama au tout début de la course, quand il n’était encore que l’adversaire d’Hillary Clinton. Enfin, les blogueurs polonais ont l’impression qu’Obama était sans aucun doute un candidat à soutenir si on voulait être considéré comme un « européen libéral ».

Italie : on se moque des extrêmes

En Italie, on peut lire le blog Unoenessuno qui caricature l’extrême droite italienne. C’est Alduccio, amateur de superlatifs, qui s’exprime : « Obama a gagné : un Noir immigré qui a amené la démocratie du Kenya, sans intérêt particulier pour le pétrole ou pour les armes ». Dans la région de la Padania (dont rêve la Ligue du Nord), poursuit le blogueur, « ils sont prêts à l’accueillir avec un ‘Oba-ma, va à travailler’ ». Quant à l’Alliance Nationale, elle dirait plutôt : « Nous aussi on a eu un noir comme président pendant vingt ans », ironise Alduccio, faisant ici référence à Mussolini.

Dans la blogosphère babélienne

« Radio Free Cheesesteak » est le nouveau blog de la communauté babélienne, créé spécialement pour la nuit des élections. L’américain expatrié Matt Pagett a suivi en direct la soirée pleine d’émotion du quartier général des Démocrates de Dublin en Irlande. Ses amis américains ont commenté ses articles de Philadelphie, dressant un portrait transatlantique de cette nuit d’élection historique. Puis, quand a sonné l'heure de la victoire, The Angry American, un autre blogueur de cafebabel.com, a pris la plume. Pour lui, les Américains, leurs institutions, sa constitution sont bourrés de défauts. Après un long argumentaire critique, l'auteur avoue pourtant sa fierté : « Mais nous nous sommes enfin levés et nous avons décidé que la manière dont nous fonctionnions n'etait finalement pas la bonne. Nous avons élu, au plus haut poste, un homme qui représente par son existence même, l'idéal américain qui est si important pour moi.»

France : entre béatitude et méfiance attitude

Les blogs de fans s’expriment à la pelle en ce petit matin, les yeux pleins de sommeil et en tête, l’heureux événement. A lire par exemple La Flat Eric Attitude. Dès le saut du lit, c’est l’euphorie : « Ils l'ont fait ! (…) Dingue cette émotion qui me transperce, comme si on venait d'apprendre la fin d'une guerre, comme si on venait d'apprendre que maintenant tout irait bien, l'utopie comme arme, je me prends à imaginer un nouveau monde, et si ça arrivait… »

Ou pas. Kwaame, par exemple, nuance : « Attention, je ne dis pas que je ne suis pas satisfait, voire content, du résultat de cette élection. Je le suis. En fait je suis partagé. Trop méfiant peut-être », annonce-t-il en décrivant une campagne pleine d’amalgames. « Entendre ici et là tel journaliste faire le lien entre l’élection éventuelle de Barack Obama et le geste de Tommie Smith et John Carlos au Mexique en se demandant si cette élection serait l’aboutissement de la lutte pour les droits civiques. (…) Mettre dans le même panier ces trois chapitres importants de l’histoire des Etats-Unis, confondre la lutte pour les droits civiques et les Black Panthers, c’est hasardeux car contre-productif du point de vue de la qualité de l’information véhiculée. »