Viagrozy

Article publié le 13 mars 2008
Article publié le 13 mars 2008
Après l'accélérateur de particules, le carburateur pour testicules. Mis au point par le -merveilleux- Professeur 'Wunderbar' (Wonderbra ?), commercialisé par la -stimulante- société suisse 'Tizer' et pieusement baptisé 'SiXtine', un médicament  censé 'booster la masculinité' des mâles en berne faisait récemment une tonitruante apparition sur le www hexagonal.
 

Annoncé pour le 14 février avec un fort accent bavarois par le bon docteur Otto, le 'miracle de la siXtine' a aussitôt enflammé la curiosité des bloggueurs et autres journalistes égrillards, qui n'ont pas tardé à se demander qui se cachait derrière ladite pilule. Viagra Bis ? Ou canular anonyme ?

Entre stéthoscope et stroboscope figurait ainsi sur le site de présentation de 'siXtine' la vidéo d'un certain Nicolas S., 53 ans, témoignant, avec force sautillements et tics nerveux, des bienfaits de 'SiXtine' sur ses propres troubles du corps caverneux. Mise en ligne sur dailymotion, cette parodie à peine voilée de l'omniprésident a provoqué ricanements grivois et gloussements de la France d'en bas, comme d'en haut.

Un joli coup marketing. En fait de turbo masculin, la fameuse dragée n'était qu'une publicité déguisée, troussant les mérites d'une chaîne de voitures de location : 'Sixt'. Un autre genre de belle 'cyclindrée' donc... Viagraliser l'Elysée, une affaire qui roule.

(Crédit : LaureandEvan/flickr)