Véronique Mathieu: Portrait d'une MPE

Article publié le 2 juin 2009
Article publié le 2 juin 2009
Née le 28 octobre 1955, Nancy Assistante dentaire (1974-1982), assistante médicale (1982-1999), Membre du Conseil national de l'UMP (depuis 2004), Secrétaire de la Commission Chasse de l'UMP (2005), Président fondateur des sonneurs vosgiens de cor de chasse à tir (2000) et de nombreuses autres responsabilités associatives dans le domaine de la chasse. Députée au Parlement européen (depuis 1999).
Véronique Mathieu se représente sur la liste de l'UMP dans le Grand Est pour les élections européennes du 7 juin.

Appartenance politique :

Union pour un Mouvement populaire Groupe du Parti populaire européen (Démocrates-chrétiens) et des Démocrates européens

Passeport européen

Vice-Présidente de la Délégation pour les relations avec les pays de l'Asie du Sud-Est et l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE) Membre de la Commission de l'agriculture et du développement rural Membre de la Délégation aux commissions de coopération parlementaire UE-Kazakhstan, UE-Kirghizistan et UE-Ouzbékistan et pour les relations avec le Tadjikistan, le Turkménistan et la Mongolie Membre suppléante à la Commission du contrôle budgétaire Membre suppléante à la Sous-commission "droits de l'homme"

Les interventions de Véronique Mathieu en session plénière :

Véronique Mathieu intervient principalement sur les question d’agriculture, de la PAC et de sécurité alimentaire . "A long terme, les choix que nous ferons seront déterminants. Notre niveau de prospérité, nos emplois, notre agriculture, notre santé, notre capacité à promouvoir nos valeurs dans le monde, notre sécurité... en dépendent. (...) Nous devons prendre nos responsabilités vis-à-vis de l’avenir : aujourd’hui, nos modes de vie menacent l’intégrité et la persistance même de notre planète." Et, à la lecture de son CV on devine aisément que la chasse durable, fait également partie de ses chevaux de bataille.

Le 12 janvier 2009, Véronique Mathieu répond au rapport McGuiness sur la PAC et la Sécurité alimentaire: "Pour garantir des revenus équitables aux agriculteurs européens, je soutiens l'idée que les polices d'assurance protègent davantage les agriculteurs contre les fluctuations de prix tout comme l'initiative d'instaurer un système global d'inventaire des stocks alimentaires." Dans un contexte de crise sanitaire (épidémie de grippe porcine) et suite à des interventions antérieures que la députés avait fait sur la grippe aviaire et la sécurité alimentaire, elle conclut ainsi: "Enfin, compte tenu de l'accroissement des échanges d'animaux et de végétaux, l'UE se doit de mettre en œuvre une stratégie efficace pour prévenir toute crise sanitaire en Europe basée sur la prévention, la traçabilité et la réactivité. L'agriculture joue plus que jamais un rôle central en matière de croissance et de développement." Dans le cadre de la directive Natura 2000 et du zonage ZPS dans la région rhénane, Véronique Mathieu s'est fait, en janvier 2008, avocate d'exploitants agricoles du Haut Rhin. "Concernant le cas particulier des agriculteurs, dont les exploitations ainsi que les résidences d'habitation ont été placées en 2002 dans la zone de protection spéciale (ZPS) du Ried Centre Alsace sans qu'aucun inventaire scientifique sérieux n'ait été porté à leur connaissance, j'ai appris récemment que le Tribunal administratif de Strasbourg avait reconnu le 10 novembre 2005 l'absence de données scientifiques justifiant le placement de ce territoire en ZPS et annulé en conséquence l’arrêté de création." En mai et septembre 2008, Véronique Mathieu défendait la pérennité d'une chasse durable dans le cadre de la directive Oiseaux, demandant à la Commission si elle pouvait "confirmer qu'elle a toujours l'intention de donner une forte base juridique à son guide" interprétatif d'août 2004, " où la Commission s'engage pour une chasse durable pour une bonne application de la directive."

Moment marquant du mandat de Véronique Mathieu:

En mars 2009, Véronique Mathieu prévient la Fédération nationale des chasseurs (FNC) que la Commission européenne lance une étude sur la réglementation du piégeage dans l’Union. L’un des volets de cette études comprenait une consultation du public européen pour recueilllir les opinions des citoyens européen sous la forme d’un questionnaire accessible en langue anglaise sur Internet. L’alerte donnée par Véronique Mathieu a déclenché la mobilisation du réseau cynégéntique. « C’est en raison d’une telle consultation que nous sommes aujourd’hui confrontés à une menace de la Commission européenne d’interdiction du commerce et des importations des produits dérivés de la chasse au phoque, un rapport dont j’ai été le rapporteur pour la Commission de l’agriculture. En effet, en 2002, la Commission européenne avait lancé une enquête dans 160 pays qui n’avait recueilli que 74 000 réponses, la plupart d’entre elles émanant des milieux écologiques », déclarait Véronique Mathieu.

Position sur le siège unique à Strasbourg

Selon Véronique Mathieu, il n’y a pas de « navette » pour les députés puisque ceux-ci partent de leur circonscription le lundi matin pour se rendre soit à Strasbourg, soit à Bruxelles. De plus la majeure partie des déplacements se font par le train (exit l'argument environnemental). Autant dire que la députée de Lorraine défend avec conviction le siège à Strasbourg et les déplacements mensuels. Pour définir le coût financier des déplacements du Parlement européen entre Bruxelles et Strasbourg, Véronique Mathieu s'amuse à un petit calcul plutôt parlant: "Le montant des frais de déplacement s’élève à 200 millions d’euros, l’équivalent du budget annuel d’un club de foot (français) de ligue 1. Si 62 millions de citoyens français sont prêts à les dépenser pour leurs loisirs, j’imagine que 450 millions de citoyens européens sont prêts à les dépenser pour faire vivre l’Europe de la diversité. Ramené au nombre d’habitants de l’UE, cela représente 50 centimes d’euros par an et par habitant."

Les institutions européennes doivent selon elle être "dispatchées" entre plusieurs villes parce que c’est une Europe de la diversité qui a été construite, et que nous souhaitons la préserver. (...) Strasbourg, ville symbole de la réconciliation franco-allemande, a donc toute légitimité à accueillir le Parlement européen, « institution la plus démocratique de l’UE ». Une répartition équitable entre les États membres permet au contraire de renforcer le sentiment de proximité des citoyens européens vis-à-vis de l’Europe.

Contacts:

La page de présentation de Véronique Mathieu au Parlement européen[

Le site Internet de Véronique Mathieu|http://www.veronique-mathieu.net/pages/accueil.php]

Portrait élaboré par Lena Morel

(Photo: Parlement européen 2007)