Vélos au pouvoir

Article publié le 3 avril 2008
Article publié le 3 avril 2008
Plus de 130.000 abonnés, 300 nouveaux usagers chaque jour, environ 30.000 voyages par jour et plus de 18 millions de kilomètres parcourus tels sont les données spectaculaires de Bicing, le service public de vélos que la Mairie de Barcelone a mis en marche il y a tout juste une année, semblable à ceux qui existent à Lyon, Copenhague, Bruxelles et Paris.
Actuellement, les Barcelonais ont la possibilité de profiter des quelques 130 kilomètres de voie cyclable urbaine grâce aux 300 stations et à plus de 4.000 vélos publics du service. Le tout pour 24 euros par année.

Peu à peu, le vélo rouge-et-blanc a pris sa place parmi les symboles traditionnels du transport public de Barcelone: les taxis (jaune comme ceux de New York), le métro et les bus.

Le succès spectaculaire de ce service utilisé par des gens de tous les âges a aussi généré des problèmes: manque de vélos ou d'espace à l'heure de prendre ou laisser les appareils, sursaturation périodique du service informatique des stations, soucis de convivialité entre les cyclistes et les piétons, etc.

Dans tous les cas, si on ajoute les usagers du Bicing aux plus de 50.000 cyclistes qui circulent chaque jour dans les rues de Barcelone, la ville s'approche peu à peu des usages du vélo que l'on retrouve dans les grandes références européennes à deux roues: les villes hollandaises. En tenant compte que Barcelone est la troisième ville européenne en pollution atmosphérique selon une étude de l'Organisation mondiale de la Santé de 2005, des expériences comme le Bicing ne sont pas seulement désirables mais aussi nécessaires.

Traduction : Núria Hernández