UNITED ARTISTS FOR ITALY CÉLÈBRE LA DIVERSITÉ DANS LE CINÉMA ITALIEN

Article publié le 18 octobre 2016
Article publié le 18 octobre 2016

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Une nouvelle campagne en faveur d'une plus grande diversité dans le cinéma italien sera lancée demain à Rome, avec la présentation en avant-première d'un documentaire retraçant un siècle de cinéma noir-italien. Nous avons évoqué la problématique du manque de diversité avec le réalisateur italo-ghanéen Fred Kudjo Kuwornu. Celle-ci ne concerne pas seulement l'Italie, mais également l'Europe.

Dans la société italienne, les représentations de la diversité sont souvent influencées par les stéréotypes et les idées fausses. On peut se pencher par exemple sur la récente campagne #FertilityDay initiée par la ministre italienne de la Santé, qui faisait la promotion d'une brochure qui distinguait les « bons exemples » à suivre et la « mauvaise compagnie » à éviter. La première catégorie était représentée par un groupe de personnes blanches angéliques, tandis que l'autre groupe comptait une personne noire en train de consommer de la drogue.

Le manque de représentation de la diversité à la télévision ou dans le cinéma italien est au centre d'une nouvelle campagne d'United Artists for Italy, un groupe d'artistes italiens incarnant la diversité, et ayant des origines africaines ou asiatiques.

L'initiative d'United Artists for Italy a été lancée le vendredi 14 octobre à la Maison du Cinéma de Rome, en amont de l'ouverture du Festival international du film de Rome  qui a eu lieu le lendemain. Le programme comprend également l'avant-première italienne du film documentaire Blaxploitalian: 100 years of Blackness in Italian Cinema (Blaxploitalian : 100 ans de couleur noire dans le cinéma italien), dirigé par le réalisateur italo-ghanéen Fred Kudjo Kuwornu.

Blaxploitalian explore l'histoire rarement évoquée de la contribution des acteurs et actrices afro-italiens au cinéma italien.

Kuwornu explique que « l'idée de Blaxploitalian est venue de [son] parcours personnel, qui lui a fait inconsciemment réaliser que les personnes noires n'étaient pas correctement représentées dans les médias ».« Pendant les années que j'ai passées en Italie, j'éprouvais un sentiment de vide que je ne parvenais pas à expliquer, jusqu'à ce que je réalise que je m'étais progressivement attaché aux joueurs de football brésiliens ainsi qu'aux feuilletons américains comme Arnold and the Robinsons, car ils étaient les premières personnes noires à être présentes sur la télévision italienne.Ce parcours m'a conduit à enquêter sur l'histoire des stars noires dans le cinéma italien ».

Les voix qui interviennent dans le documentaire de Kuwornu sont variées : de l'actrice d'origine dominicaine Iris Peynado, jusqu'à la star américaine de la blaxploitation Fred « The Hammer » Williamson (qui apparaissait dans le film Une Poignée de Salopards de Enzo Castellari). Le film est également un parcours à travers l'histoire du cinéma italien : des films coloniaux à l'époque du régime fasciste, en passant par la période néoréaliste, jusqu'à la problématique de la présentation tendancieuse actuelle, où la tendance est d'offrir des rôles stéréotypés aux acteurs noirs et asiatiques.

Le contexte italien est au centre de l'appel au changement lancé par Blaxploitalian, mais il s'intègre également dans un appel plus vaste pour une plus grande diversité.D'autres campagnes, comme #OscarsSoWhite aux États-Unis, à ont vu le jour à l'initiative d'acteurs afro-américains. On peut également souligner l'implication d'acteurs britanniques comme Idris Elba et Lenny Henry, qui ont signé aux côtés de 50 autres acteurs et créatifs une une lettre ouverte adressée à tous les diffuseurs britanniques afin d'allouer des fonds aux programmes conçus par des créatifs membres de la communauté noire, asiatique ou des minorités ethniques (BAME) au Royaume-Uni.

Le problème des races continue de gangrener l'industrie cinématographique britannique. Idris Elba a été considéré comme « trop urbain » pour reprendre le rôle de Daniel Craig dans le nouveau James Bond, tandis que John Boyega a reçu des insultes racistes après avoir incarné un Stormtrooper dans Star Wars : Le Réveil de la Force. 

Kuwornu a annoncé qu'il s'agissait « d'un documentaire militant pour un changement social ». Il ajoute : « avec le hashtag #DiversityinMediaMatters, nous avons l'intention de créer des événements et des initiatives partout dans le monde. L'implication d'acteurs tels qu'Idris Elba ou Lenny Henry en faveur de ce sujet m'a fait réalisé que c'était peut-être aux créatifs, à la fois d'origine africaine, mais aussi d'autres origines, de prendre leurs responsabilités ».

« Dans le contexte européen, on se trouve face à un engagement pour développer et supporter les industries créatives nationales, afin de créer une identité européenne. Mais on se heurte à un manque de connaissances vis-à-vis des difficultés rencontrées par les minorités au sein de ces pays, qu'il s'agisse des personnes noires ou asiatiques ou des personnes LGBT ou handicapées, et je pense que l'Union européenne devrait intervenir sur ce sujet. »

Rome n'est que le point de départ du parcours de Blaxploitalian et d'United Artists 4 Italy. La route menant à une plus grande diversité dans les médias sera longue.

---

Le Festival du film de Rome se déroulera du 13 au 23 octobre.