Une fatwa obscène contre le cyclisme féminin en Iran

Article publié le 16 septembre 2016
Article publié le 16 septembre 2016

 La Commission des Femmes du Conseil national de la Résistance iranienne a dénoncé une récente fatwa du Guide suprême iranien, Ali Khamenei, interdisant aux femmes de faire du vélo.

 

Dans un communiqué publié cette semaine, la Commission affirme : « Le Guide suprême du régime des mollahs en Iran a publié une fatwa obscène pour interdire aux les femmes de faire du vélo en publique. Il a justifié sa décision en affirmant que « la pratique de la bicyclette en publique par les femmes devant les yeux des hommes (en dehors de la famille) doit cesser, car cela attire l’attention des hommes. Ce qui est généralement source de corruption pour la société et contraire à la chasteté des femmes ». (les médias du régime, le 10 septembre 2016)

Une semaine avant cette fatwa, Khamenei avait également déclaré à propos du « rôle de la femme », lors d’une intervention sur "la direction et la politique générale de l’Etat et la politique familiale » : « Le rôle et la mission des femmes c’est d’être mère et de s’occuper du foyer ». (Le site du Guide suprême, Ali Khamenei, le 3 septembre).

Cette fatwa et les déclarations risibles du dictateur iranien, qui illustrent bien la nature profondément intégriste des mollahs au pouvoir en Iran, ne suscite que la risée et l’indignation parmi la population et en particulier les femmes. Le régime misogyne des mollahs, impuissant à répondre aux revendications légitime de la population et des Iraniennes, cherche l’issue à ses crises dans l’intensifications de la répression sociale. Une attitude qui révèle une fois de plus le caractère chimérique de la notion de modération chez les mollahs.

Les Iraniennes éprises de liberté sont aujourd’hui en première ligne du mouvement pour le changement de régime vers la démocratie en Iran et pour la fin de la dictature religieuse et misogyne. »

La fatwa   

L’Agence de presse officiel Fars, a publié le 10 septembre le fameux fatwa Guide suprême des mollahs :

 « Les femmes sur les bicyclettes en public et devant les yeux des namahram, [les hommes autres que le père, le mari, le fils ou frère de la femme] attirent souvent l’attention des hommes et poussent la société vers la corruption morale et la débauche. Cela est contraire à la chasteté des dames. Il est nécessaire de l’abandonner. Si cela se passe devant les hommes mahram [la catégorie d’hommes mentionnés ci-dessus], il n’y aura pas de problème ».