Une campagne européenne à la tyrolienne

Article publié le 21 juin 2009
Publié par la communauté
Article publié le 21 juin 2009
Article de  Daniel Spichtinger

Traduction de Perrine Recours

En Autriche comme à l’étranger, le Tyrol est connu comme une région montagneuse où l’on vient faire du tourisme et pratiquer des sports d’hiver. Et de temps à autre, dans la lointaine Vienne et dans la Bruxelles encore plus lointaine, on entend des Tyroliens se plaindre du trafic routier.

Comment mène-t-on une campagne pour les élections européennes dans l’ouest de l’Autriche ?

Babel Wien a rencontré le député européen tyrolien Richard Seeber (ÖVP / Parti du Peuple, de droite) et l’a interrogé sur la campagne électorale, la stratégie du parti ÖVP ainsi que sur son expérience en tant que député européen.

Babel Wien: M. Seeber, quelles sont vos impressions sur la façon dont s’est déroulée la campagne pour les élections européennes au Tyrol?

Richard Seeber: Tout d’abord, le message comme quoi les élections européennes auront lieu prochainement n’a pas atteint tout le monde. De nombreuses personnes me demandent quand se dérouleront les élections et quelles sont les compétences du Parlement Européen en général. En outre, les électeurs souhaitent savoir ce qui a été accompli jusqu’à présent. Les Tyroliens sont préoccupés principalement par les questions de transport et de protection de l’environnement, et ont peur de se faire « écraser » par les décisions prises à Bruxelles.

« Ce qui est bon pour l’Europe l’est également pour l’Autriche »

Babel Wien: Ne trouvez-vous pas que la ligne de campagne du parti ÖVP est ambiguë ? D’une part, l’ÖVP se présente comme le « parti de l’Europe », mais d’autre part la nomination de M. Ernst Strasser en tête de liste doit convaincre les eurosceptiques.

Richard Seeber: L’ÖVP est le seul parti autrichien qui se déclare ouvertement pro-européen. Lorsqu’il était actif dans la politique autrichienne, M. Strasser a fait de gros efforts en ce qui concerne la coopération en Europe, en fondant par exemple le « Groupe de Salzbourg » dont la tâche est de collaborer avec les nouveaux États membres. Nous croyons fermement que seule l’Europe peut permettre à l’Autriche et au Tyrol d’atteindre leurs objectifs.

Babel Wien: Comment voyez-vous votre rôle en tant que député européen? Comment concilier d’une part les intérêts de l’Autriche, et d’autre part les intérêts du Parti Populaire Européen (PPE) ?

Richard Seeber: Cette opposition est artificielle. En général, ce qui est bon pour l’Europe l’est également pour l’Autriche. On a souvent tendance à croire qu’il y a un conflit d’intérêt entre les différents échelons (national / supranational – ndlr), mais ce n’est pas vrai. Nos principales préoccupations sont la paix, la compétitivité et la réussite économique, des domaines dans lesquels les intérêts de l’Europe sont également ceux de l’Autriche.

Au sein du parti ÖVP, je représente les intérêts de l’ouest de l’Autriche, une région caractérisée par un relief montagneux, un trafic routier important et un tourisme qui l’est tout autant. Ce sont les sujets que je traite dans le contexte européen. L’Europe bénéficie d’une approche active dans ces domaines et nous pouvons faire passer nos intérêts par la même occasion.

Le parlement européen, l’environnement et la bureaucratie

Babel Wien : Quelles sont vos principales réussites en tant que député européen? Quels objectifs n’êtes vous pas parvenu à atteindre?

Richard Seeber: Mon succès principal a été d’avoir participé à la conception du paquet environnement et de REACH (Registration, Evaluation and Authorisation of Chemicals / Enregistrement, Évaluation et Autorisation des Produits Chimiques) en prenant en compte les droits du consommateur et les questions de protection de l’environnement, tout en étant applicable économiquement parlant – c'est-à-dire sans effets néfastes sur le marché du travail. En fait, dans le cadre de la politique de l'environnement, le principal défi réside dans l'équilibre entre les intérêts économiques et environnementaux. En conséquence, je suis régulièrement en contact avec les représentants des ONG et aussi ceux des intérêts commerciaux. Malheureusement, ces réglementations sont jalonnées par une bureaucratie très restrictive dans ce domaine et, à ce jour, je n'ai pas réussi à la réduire. Le Parti socialiste et les Verts se démarquent en particulier par leur méfiance vis à vis des entreprises industrielles.

« Des initiatives comme Café Babel sont la clé de l’engagement et de l’information des jeunes »

Babel Wien : En tant que plate-forme Internet avec des blogs de différentes villes et régions, Café Babel a pour objectif d’informer le public européen. Mais y a-t-il un espace public européen ? Est-il possible de mener une campagne au niveau européen ? La campagne actuelle est dominée en grande partie par des enjeux de politique intérieure.

Richard Seeber: Je suis tout particulièrement reconnaissant envers le travail d’associations comme Café Babel qui ont pour objectif de créer un espace public européen. Il s’agit de jeunes gens qui y consacrent leur temps libre bénévolement. Je crois que votre génération est celle qui y parviendra dans les années à venir, mais il s’agit d’un projet qui est toujours en phase d’élaboration. Des initiatives comme Café Babel sont la clé de l’engagement et de l’information des jeunes.

Il est vrai que la campagne actuelle est dominée par des questions nationales. Par ailleurs, je regrette que les questions européennes soient si peu abordées lors des élections législatives autrichiennes. Nous devons prendre conscience que lors des élections législatives, qui influencent directement la composition du gouvernement, nous votons également pour des représentants importants à Bruxelles. Il faut favoriser cette prise de conscience.

Désigner un autre candidat à la tête de la Commission européenne ? «pour les élections de 2014 ou au plus tard en 2019»

Babel Wien : Pouvez-vous imaginer que le Parti Populaire Européen nomme une tête de liste aux élections ou un autre candidat en tant que Président de la Commission Européenne ?

Richard Seeber: Les prochains Présidents de la Commission Européenne et du Parlement Européen dépendent déjà du résultat des élections. Dans ce domaine, les choses évoluent rapidement – parfois plus que leur application juridique. Personnellement, je peux imaginer un candidat en tête de liste pour les élections de 2014 ou au plus tard en 2019, car un espace public européen est en train de se développer, non pas en opposition mais en harmonie avec l’espace public national.

Informations sur M. Richard Seeber:

Né en 1962, Richard Seeber est devenu député européen en 2004. Il est membre des comités pour l’environnement, la santé publique et la sécurité alimentaire, et se concentre principalement sur les questions concernant la qualité de l’eau et de l’air, le climat, et les régions montagneuses. Selon le site « VoteWatch », Richard Seeber a participé à 96,66% des sessions plénières. Il a voté à 93,82% en accord avec le PPE et à 75,22% en accord avec ses collègues nationaux.