Une campagne électorale avec des personnalités européennes

Article publié le 22 novembre 2007
Publié par la communauté
Article publié le 22 novembre 2007
Bucarest-Paris Café, Première ! 25 novembre – La date des élections parlementaires européennes approche et la campagne électorale s’intensifie.
Non contents d’instrumentaliser la crise roumaine qui sévit en Italie afin de faire pencher le débat en leur faveur, deux des plus importants partis ont fait venir des invités de stature internationale la semaine dernière en Roumanie afin de recevoir leur soutien.

Monsieur Graham Watson, leader du groupe ALDE au Parlement européen, s’est rendu à Bucarest en début de semaine dernière afin de récolter plus de points pour le Parti National Libéral. Accompagné d’Adina Valean et de Cristian Busoi, deux des Euro-candidats travaillant déjà au Parlement européen (PE), il a organisé quelques entretiens avec les étudiants au cours desquels il s’est dit convaincu que le libéralisme était la seule option viable pour une économie réellement prospère. Selon lui, les socialistes ne possèdent plus de trajectoire  idéologique, les nationalistes sont trop xénophobes pour prendre le chemin de l’Europe et les populistes sont les cousins des nationalistes. Allant encore plus loin dans son discours électoral, il a affirmé que M. Tariceanu, l’actuel président su Parti Libéral National, marquerait l’histoire pour avoir été l’un des plus grands Premier ministres de Roumanie, ce dans un contexte où trois de ses ministres sont accusés de corruption – l’un d’entre eux a d’ailleurs été suspendu ; sans parler de son remarquable « succès » : zéro absorption des fonds de cohésion européens cette année.

D’autre part, le leader du Parti Social Démocrate, Monsieur Mircea Geoana, a fait venir Anthony Giddens afin de soutenir sa ligne politique et, bien sûr, afin de gagner en popularité en permettant la tenue d’un débat entre les jeunes et le très renommé sociologue britannique, ancien conseiller politique de Tony Blair. M. Giddens a parlé d’une « troisième voie », présentant la nouvelle sociale démocratie comme la clef vers un avenir plus lumineux, pour la Roumanie comme pour l’UE. Son discours fut moins propagandiste que celui de Melle Watson. Même si des dirigeants du Parti Social Démocrate ont déclaré qu’ils solliciteraient ses conseils pour leur programme politique, Giddens a nié toute collaboration de ce type avec le Parti Social Démocrate, assurant que leurs relations étaient basées sur une « affinité naturelle » pour l’idéologie de gauche.

 

Au même moment, Sir Anthony Giddens était nommé doctor honoris causa  par l’Ecole nationale de science politique et d’administration publique après un discours ennuyeux prononcé par le recteur, Melle Mihaela Vlasceanu.

Pour ce qui est de la campagne électorale, hormis ces conférences et quelques rares débats télévisés, nul ne réalise que nous sommes en plein dedans. En parcourant les rues, on ne voit que très rarement les banderoles ou les affiches d’un parti politique. Ceci va sans dire que la plupart de la population ne connaît pas exactement la date à laquelle les élections pour le Parlement européen auront lieu. Et pour ceux qui la connaissent, la plupart ne souhaitent pas exprimer de vote car ils ne comprennent pas l’importance de ces élections. Avec un peu de chance, les choses iront mieux, il y a encore deux semaines avant le début des élections.

by Camelia Paraschiv / Traduction : Sophie Helbert

Credit Photo: Graham Watson, Camelia Paraschiv, Anthony Giddens, llpo/Flickr

Original :

Electoral campaign with European personalities